Recherche libre dans le site
Partager...
Actualité | Enseignement supérieur | 27/04/2015

Un laboratoire poitevin soutenu par la Fondation pour la Recherche Médicale

Marcello Solinas - Alain Montaufier
Actualité | Enseignement supérieur | 27/04/2015

Un laboratoire poitevin soutenu par la Fondation pour la Recherche Médicale

Le laboratoire de neurosciences expérimentales et cliniques de l'Université de Poitiers a obtenu une bourse de 200 000 € de la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) pour ses travaux sur les addictions aux drogues.

13 projets retenus sur 44

En janvier dernier l'équipe de recherche Neurobiologie et neuropharmacologie de l'addiction de l'Université de Poitiers dirigée par Marcello Solinas a obtenu, suite à un appel à projets concernant les addictions, une bourse de 200 000 € de la part de la Fondation pour la Recherche Médical. Sur les 44 demandes de financements déposées au niveau national, seuls 13 projets, dont celui de Poitiers, ont été retenus pour une enveloppe globale de 3 265 984 €.

Les phénomènes de rechute

L'équipe de Marcello Solinas, inscrit au sein du Laboratoire de neurosciences expérimentales et cliniques, travaille plus particulièrement sur les phénomènes de rechutes concernant les addictions aux substances psychotiques (drogues, l'alcool,tabac). Les rechutes concernent 90 % des malades et pour le moment aucun traitement ne peut les empêcher.

Les environnements enrichis

Les travaux portent sur "les environnements enrichis" : Des espaces d'évolution plus grands, équipés de structures de jeux et de mobilités. Des études qui ont fait leurs preuves, les "environnements enrichis" ont de vrais impacts sur la diminution des rechutes.

Objectif : Cibler les zones du cerveau

A partir de l'hypothèse que ces stimulations contrecarrent les changements cérébraux générés par la prise de drogue, l'objectif de l'équipe est aujourd'hui d'identifier les zones du cerveau qui sont concernées pour pouvoir agir dessus par des prises en charge adaptées.

Des travaux d'imagerie pour accompagner les recherches

En collaboration avec une unité de recherche de l'université de Tours, d'importants travaux d'imagerie ont démarré en mars dernier afin de cibler ces zones. L'enveloppe de 200 000 € permet de financer en partie ces travaux ainsi que le salaire d'une assistante, pendant deux ans.