Recherche libre dans le site
Partager...
Actualité | Circulation | 11/07/2017

Poitiers, l’ambition du chemin de fer. 1838/1914 : Naissance d’un projet

Le premier train entre en gare en 1851 pour l'arrivée de LNB - Médiathèque François-Mitterrand
Actualité | Circulation | 11/07/2017

Poitiers, l’ambition du chemin de fer. 1838/1914 : Naissance d’un projet

A l’occasion de l’inauguration de la LGV qui relie Poitiers à 75min de Paris et 55 min de Bordeaux, la Ville de Poitiers propose l’exposition « Poitiers, l’ambition du chemin de fer », visible tout l’été Place Leclerc. Celle-ci  retrace les grandes étapes des aménagements ferroviaires, depuis l’arrivée du train à Poitiers au milieu du 19e siècle jusqu’à la LGV.

Chaque semaine, une grande période de cette histoire ferroviaire est à retrouver sur le site de la Ville de Poitiers. Première étape : la naissance d’un projet

1838 - 1851 Naissance d’un projet

C’est sous le règne de Louis-Philippe que le projet d’une ligne Paris-Bordeaux a vu le jour. Une étape par Poitiers est suggérée. Malgré certains opposants qui qualifient Poitiers de « ville morte et sans industrie », le projet est adopté après l’insistance du conseil municipal de l’époque. Une question se pose alors : où construire la gare ? On propose deux options : la vallée du Clain ou celle de la Boivre. Le choix se porte sur cette dernière. Occupée au Moyen Age par les étangs de Saint-Hilaire et de Montierneuf, la vallée de la Boivre a d’abord connu un asséchement au XVIIIe lors du tracé de la route royale Paris-Bordeaux. Les assèchements nécessaires pour la construction de la gare sont réalisés. La Boivre est alors presque entièrement canalisée.

1851 - La première gare

Le premier train rentre en gare en 1880 - Médiathèque François Mitterrand

Le 1er juillet 1851, l’inauguration de « l’embarcadère » (nom donné à l’époque aux gares) représente un événement majeur marqué par des fêtes somptueuses. «L’embarcadère» est inauguré en présence du président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte, et toute la ville se met aux couleurs du chemin de fer. L’essentiel de la fête se déroule dans la salle des Pas-Perdus du Palais de justice. Le soir, une déambulation vers Blossac permet aux Poitevins d’admirer le feu d’artifice tiré pour l’occasion. Un bal clôture ces fêtes inaugurales.

Poitiers-Paris : 30h en diligence
Avant l’arrivée du chemin de fer, la liaison entre Poitiers et Paris s’effectuait en diligence. Entre 27 et 30 heures de route étaient nécessaire pour rejoindre la capitale. L’arrivée du train en 1851 transforme le quartier. Le percement, notamment du boulevard Solférino, permet l’accès au centre-ville. Des travaux de terrassement considérables modifient la physionomie de l’espace urbain, avec la réalisation d’escalier monumentaux et de grands murs de soutènement.

 

1857 - 1914 Le réseau se développe

La première voie ferrée de la région est achevée en 1853 et relie Paris à Bordeaux. Elle relie également Châtellerault à Chalais en passant par Poitiers et Angoulême.
La quai de la gare par Jules Robuchon eu début 1900 - Médiathèque François MitterrandUn réseau transversal va se développer à partir de cet axe nord-sud, reliant ainsi les principales villes entres elles : en 1857 entre Poitiers et La Rochelle, entre Poitiers et Limoges, et dix ans plus tard, entre La Rochelle et Angoulême. La loi Migneret de 1865, à l’origine des voies ferrées économiques, constitue une étape importante du développement du réseau ferré français en déléguant la compétence de sa création aux départements et aux communes. Cette loi entraîne la construction de lignes d’intérêt local.

De nouvelles lignes dans les zones rurales
Les années suivantes la voie ferrée principale se complète d’un réseau secondaire, pour desservir les zones rurales. La ligne Poitiers / Saint-Julien-l’Ars, inaugurée en 1895, constitue le premier maillon d’un chemin de fer départemental. En 1899, la gare est desservie par un réseau de tramways électriques.

Une nouvelle gare en 1912
A Poitiers, en 1912 une nouvelle gare remplace « l’embarcadère » de 1851. La première guerre mondiale marque un coup d’arrêt dans la construction des chemins de fer. Les travaux reprendront dans les années 20.