Recherche libre dans le site
Partager...
Actualité | Emploi | 12/09/2017

Emplois aidés : Alain Claeys propose au gouvernement de venir évaluer le dispositif à Poitiers

Alain Claeys propose au gouvernement de venir évaluer le dispositif des emplois aidés à Poitiers - S. Laval
Actualité | Emploi | 12/09/2017

Emplois aidés : Alain Claeys propose au gouvernement de venir évaluer le dispositif à Poitiers

Alain Claeys, Maire de Poitiers, invite le gouvernement et les parlementaires à venir évaluer les résultats obtenus à Poitiers grâce aux emplois aidés.

« La volonté du gouvernement de supprimer les contrats aidés enflamme le débat public depuis quelques semaines. Des réactions souvent teintées d’émotion et d’idéologie. Sans esprit polémique aucun, je propose au gouvernement ainsi qu’aux parlementaires de réaliser une mission d’évaluation sur les emplois aidés, en posant un regard pragmatique, et non exclusivement budgétaire, sur l’efficacité des différents dispositifs existants.

En venant à Poitiers, ils pourront constater que ces emplois fonctionnent et répondent à deux objectifs principaux. Le premier, c’est l’insertion professionnelle pour les personnes les plus éloignées de l’emploi. Le second, ce sont les missions de services publics, de proximité, assurées par les associations ayant recours aux emplois aidés ; elles créent du lien, de la cohésion sociale et améliorent les conditions du bien-vivre ensemble dans les quartiers populaires.

Je ne suis pas dogmatique, les emplois aidés ne sont pas l’alpha et l’oméga pour lutter contre le chômage. J’ai toujours soutenu, et je soutiendrai toujours toutes les initiatives permettant de lutter contre le chômage, synonyme de précarité et d’exclusion, notamment en favorisant l’activité économique dans le secteur marchand. Mais il est de mon point de vue, dommageable de supprimer un dispositif qui a fait et qui continue de faire ses preuves sur tous les territoires, la preuve par l’exemple avec la Ville de Poitiers ».

En 2013, la Ville de Poitiers a recruté 52 emplois d’avenir. Conformément à l’esprit de la loi, ces jeunes ont suivi une formation professionnelle, accompagnés par leurs tuteurs dans leur quotidien et ont appris un métier. 4 ans après, 39 jeunes ont retrouvé le chemin de la vie active grâce à des postes pérennes.