Recherche libre dans le site
Partager...
Actualité | Solidarité | 31/01/2018

« Campus au cœur du don » à la Maison des étudiant jusqu'au 1er février 2018

« Campus au cœur du don » à la Maison des étudiant jusqu'au 1er février 2018 -
Actualité | Solidarité | 31/01/2018

« Campus au cœur du don » à la Maison des étudiant jusqu'au 1er février 2018

A la Maison des étudiants (MDE) sur le campus universitaire, L’Établissement français du sang (EFS), l’Union départementale pour le don de sang bénévole de la Vienne, le Service de santé universitaire et les étudiants de l’Université de Poitiers organisent jusqu’au 1er février une collecte de sang de 10h à 18h. 

Un donneur doit avoir 18 ans minimum, ne pas être à  jeun, être bien hydraté, ne pas prendre d’aspirine.

 

Connaître toutes dates des collectes de sang dans la Vienne

L’Union départementale pour le don de sang bénévole a conçu pour cela un calendrier avec toutes les collectes mobiles de la Vienne, comme celles de la place Leclerc de Poitiers, les mardis (10h-14h) et jeudis (14h-18h). Ou celles de la MDE (sur le campus) jusqu’au 1er février, de 10h à 18h. Le point fixe du CHU est ouvert tous les jours, du lundi au vendredi. « On a le bénéfice, à chaque don, de se dire qu’on a sauvé trois vies. » On en sauve ainsi un million par an explique Christian Diot, président de l’Union départementale pour le don de sang bénévole.

Trouver une collecte de sang dans la Vienne

Un manque de dons du sang

Qui ne connaît pas une personne atteinte d’un cancer ou autre maladie nécessitant un apport de  sang ? Qui ne sera pas touché lui-même un jour ou l’autre ? La question est directe, mais le sujet mérite qu’elle le soit. On manque de dons réguliers de sang en France. Les malades attendent 10 000 poches par jour, mais la quantité n’est pas atteinte, hormis après des attentats ou gros accidents soulevant des élans de solidarité. Mais comme le sang se périme en 42 jours, c’est la régularité qui prime. « Les donneurs réguliers ne sont pas assez nombreux. Si chaque donneur occasionnel venait deux fois par an au lieu d’une fois, on n’aurait plus de problème », assure Christian Diot, président de l’Union départementale pour le don de sang bénévole. « Il faudrait que chacun planifie ses dons sur son agenda. »