Recherche libre dans le site
Partager...

Projet PERGOLA : les carburants des fusées testés à Poitiers

Dossier | Économie | 26/02/2015
ENSMA - ville de Poitiers
Dossier | Économie | 26/02/2015

Projet PERGOLA : les carburants des fusées testés à Poitiers

A l'initiative du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), un banc d'essais unique en France a été créé sur le site du Futuroscope destiné à tester des nouveaux carburants pour la propulsion spatiale.

Pourquoi cette innovation ?

  • Favoriser le développement des futurs moteurs spatiaux

Forts de leur expertise dans le domaine spatial et de la propulsion, l'Institut PPRIME (unité de recherche du CNRS rattachée à l'Université de Poitiers) et l'ISAE-ENSMA de Poitiers ont été sollicités par le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) pour mettre au point un banc d'essai unique en France, intitulé Pergola (Propulsion par Ergols Avancés).

Son but : caractériser des nouveaux types de carburants et ainsi fournir la connaissance nécessaire au développement des futurs moteurs spatiaux à échéance de 20 ans.

  • Trouver des nouveaux carburants

Aujourd'hui, pour la propulsion des fusées, sont utilisés deux types de réactifs liquides qualifiés d'ergols. Il s’agit de faire réagir des comburants (substance chimique qui a pour propriété de permettre la combustion d'un combustible) et des combustibles stockés à l'état liquide :

Il y a les ergols dit cryogéniques,stockés à très basse température pour rester liquides, comme l'hydrogène et les ergols dits stockables car liquides naturellement à température et pression ambiante.

Or l'utilisation de ces ergols pose plusieurs problèmes : les ergols stockables actuels, notamment les hydrazines, devraient être interdites par la réglementation européenne concernant les produits chimiques (REACH) car ils sont potentiellement nuisibles à l'environnement mais aussi à risques importants pour les utilisateurs et les ergols cryogéniques induisent des contraintes fortes en termes d'exploitation notamment pour les garder à l'état liquide.

Objectif de ce projet

Des conditions de tests réels
Face à ces problématiques, tout l'enjeu du banc d'essai Pergola est de qualifier des nouveaux couples d'ergols, comme le peroxyde d'hydrogène, plus connu sous le nom d'eau oxygénée et l’éthanol, dont la production se développe à l'échelle locale. Leur combustion sera testée aussi bien en termes d'allumage que de stabilité. Les premiers essais ont débuté en janvier, une centaine sera réalisée cette année.

Des locaux spécifiques
Les locaux construits spécifiquement sur le site du Futuroscope après le bâtiment du SP2MI ont été conditionnés pour répondre à ces contraintes fortes. Ils comprennent une cellule d'essai, où se trouve le banc à proprement parlé, une cellule de commande et trois zones de stockage. Le coût global de ces réalisations s'élève à 1 M€, financé par le CNES, l’ISAE-ENSMA, l'Université de Poitiers et la Région via les fonds FEDER.  

Inscrit dans le Projet Prométhée

Ce banc s'inscrit dans le cadre d'un projet plus global intitulé Prométhée qui porte sur la création d'une plateforme technologique appelée à réunir au Futuroscope l'ensemble des bancs d'essai des laboratoires de recherche du pôle Science de l'ingénieur de l'Université de Poitiers. Pergola est la première pierre de cet édifice.