Recherche libre dans le site
Partager...

Sécurité à Poitiers : prévention et protection

Dossier | Vie de la Cité | 29/03/2016
Sécurité à Poitiers : prévention et protection - Alain Montaufier
Dossier | Vie de la Cité | 29/03/2016

Sécurité à Poitiers : prévention et protection

En complément des actions menées par la Police nationale, la Ville de Poitiers contribue à assurer un haut niveau de sécurité par la  prévention et la protection.

La Prévention 

Le budget global de la prévention spécialisée s’élève pour Poitiers à près de 830 000 euros.

68% des missions de Prévention exercées par les éducateurs, relèvent de la Protection de l’Enfance et de la mise en œuvre du Schéma départemental de la protection de l’Enfance. 
Des actions de prévention sont conduites aussi en dehors du cadre de la Protection de l’enfance à travers des chantiers loisirs, des actions sportives, culturelles etc.
Les éducateurs travaillent également pour l’insertion sociale, professionnelle ou de prévention de la récidive.
Les postes d’éducateurs sont affectés au plus près des besoins pour répondre à la demande de chaque quartier.

La Protection

  • La Police municipale 

La Police municipale participe à la sécurité des Poitevins, notamment par ses missions de police de proximité : verbalisation des infractions aux arrêtés de police du maire, au code de l’environnement, à la lutte contre les nuisances sonores…. 
 
Lors de ces missions, comme le dit le Forum Français pour la sécurité urbaine : "les policiers peuvent être confrontés à des situations de violence pour lesquelles ils n'ont pas les outils juridiques pour intervenir et réprimer. Mais leur intégrité physique doit être sauvegardée au maximum."
 
La police municipale a donc été dotée de plusieurs moyens défensifs : bombe lacrymogène, tonfa, gilet pare-balles. L'interopérabilité avec la Police nationale et le port de caméras personnelles sont également à l'étude afin d'augmenter encore le niveau de sécurité des agents. 
 
Doter la police municipale d'armes létales ferait basculer le caractère défensif de leur moyen de protection à un caractère offensif. Cela nécessiterait en outre de s'assurer que les agents actuels ont tous les capacités de porter une arme, de les former et de leur permettre de s'entraîner régulièrement au maniement de l'arme qu'ils ont perçue. Les agents n'ont par ailleurs pas vocation, contrairement à ceux de la Police nationale, à affronter le danger en première ligne. 

  • L’Hôtel de Ville

L’Hôtel de Ville a été sécurisé suite aux attentats du 13 novembre dans le cadre d'une étude de sécurité coproduite avec la Police nationale (badges pour l'ensemble des personnes pénétrant dans l'Hôtel de Ville ; transfert de services ; cloisonnement de l'Hôtel de Ville en 2 parties distinctes). 

  • Les Écoles

La sécurité des établissements scolaires de Poitiers (écoles, collèges, lycées) a été analysée par la Ville de Poitiers. Des mesures de sécurité supplémentaires seraient ainsi immédiatement mises en place en cas d'élévation du niveau Vigipirate sur le territoire de Poitiers. 

Pour conforter la sécurité des établissements scolaires dont la Ville de Poitiers à la charge, des visiophones sont installés sur l’ensemble des écoles afin de faciliter l’identification des personnes amenées à pénétrer sur le site, notamment en dehors du temps scolaire.

  • La Vidéo protection

L'ensemble des bus de Poitiers, des parkings municipaux, certains halls d'immeubles et l'Espace 107 sont actuellement équipés de vidéo protection. 

Une seconde phase d'équipement démarrera prochainement avec la mise en place de vidéo protection dans les endroits les plus fréquentés de Poitiers : Place Leclerc, Place de Gaulle, Place de Provence et Place de Coimbra. 
Aucune image ne sera visionnée par la Police municipale ou tout autre fonctionnaire ou élu de la Ville de Poitiers. Le déport image sera entièrement fait vers le commissariat central où les images ne seront pas lues en continue.
 
Cette vidéo protection est en effet mise en place pour effectuer des levées de doute ou dès reconnaissance de suspects suite à un crime ou un délit et sur réquisition du Parquet ou d'un juge d'instruction.