Recherche libre dans le site
Partager...

Transition énergétique : L’unité de valorisation énergétique de Grand Poitiers

Dossier | Transition énergétique | 26/12/2016
Un grappin alimente deux fours maintenus à 1 000° C. - Alain Montaufier
Dossier | Transition énergétique | 26/12/2016

Transition énergétique : L’unité de valorisation énergétique de Grand Poitiers

Quand la poubelle ordinaire se transforme en énergie et permet d’alimenter le réseau de chauffage urbain des Couronneries… voilà, pour faire simple, la finalité de l’Unité de valorisation énergétique de Grand Poitiers dans le quartier de Saint-Éloi à Poitiers.

44 000 tonnes de déchets valorisés en énergie

À Saint-Éloi, l’impressionnante Unité de valorisation énergétique (UVE) emploie 19 personnes et fonctionne 24h/24, 7j/7, toute l’année. Grand Poitiers en est propriétaire et la gestion du site est assurée par l’entreprise Veolia dans le cadre d’un marché public. L’UVE de Saint-Éloi constitue, depuis 1984, le bras armé du programme de réduction des déchets de l’Agglomération. À elle seule, elle valorise 44 000 tonnes de déchets ménagers non recyclables.

Les étapes de la valorisation

Une fois collectés, les  déchets sont acheminés dans la fosse à ordures ménagères de l’UVE. De là, un grappin alimente 2 fours, maintenus à une température de 1 000 °C, qui produisent de l’air chaud. Cet air est envoyé dans une chaudière et chauffe l’eau à 180 °C. L’eau circule ensuite dans un échangeur, endroit où le circuit fermé du réseau de chauffage urbain des Couronneries va capter l’énergie et ainsi alimenter en eau chaude et en chauffage l’équivalent de 7 500 logements.

Traitement des fumées : une réglementation drastique

Suit toute la chaîne de traitement des fumées au charbon actif ou par filtration afin de capter oxydes d’azote, métaux lourds et dioxines de carbone. Au final, la fumée qui sort de la cheminée est essentiellement de la vapeur d’eau. Tous les rejets sont soumis à une réglementation drastique avec des analyses en continue envoyées à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL), complétées par des interventions de contrôle par un organisme extérieur indépendant. Les résidus solides extraits du four sont également recyclés. Les métaux repartent dans la filière de sidérurgie et les mâchefers sont utilisés en sous-couche routière.