Recherche libre dans le site
Partager...

Discours d'Alain Claeys, Député-Maire de Poitiers, à l'occasion de la visite du Président de la République François Hollande

Dossier | Santé | 26/01/2017
 - S. Laval
Dossier | Santé | 26/01/2017

Discours d'Alain Claeys, Député-Maire de Poitiers, à l'occasion de la visite du Président de la République François Hollande

"Monsieur le Président de la République,
Madame la Ministre des Affaires sociales et de la santé,
Monsieur le secrétaire d’Etat,

 

Vous avez choisi Poitiers pour évoquer un thème qui, je le sais, vous est cher. En retenant notre Ville pour parler santé, vous avez pris le parti, Monsieur le Président, de suivre celle-ci au quotidien, de la considérer dans toutes ses dimensions, de la Recherche au soin.

Comme vous avez pu déjà le constater ce matin dans le quartier des Couronneries, l'offre de soin ici, se veut intégrale. L'Etat, la Ville, les professionnels de santé ont toujours voulu que l'excellence méconnaisse les différences, sociales ou territoriales.

Nous aurons naturellement l'occasion d'en parler à nouveau en visitant le relais Georges Charbonnier, ce soir, à l'issue du premier bilan de la grande conférence de santé qui a permis, il y a déjà un an, d'avancer sur la formation des professionnels de santé, mais également sur les conditions d'exercice de leur profession.

Sans anticiper sur cette journée, je veux vous dire, Monsieur le Président, combien je suis heureux de vous accueillir au sein du CHU de Poitiers.
Comme vous pourrez le constater, il s'inscrit au cœur de l'ensemble des besoins locaux de santé.
Besoins territoriaux avec les fusions réussies des hôpitaux de Lusignan et Montmorillon et du site de Poitiers. Le premier dispose désormais d'une dominante EHPAD, et le second a vu ses capacités en matière de soin largement augmenter.
Besoins territoriaux toujours avec la création, ici même, d'un groupement hospitalier de territoire capable d'offrir la même qualité de soins d'urgence sur l'ensemble de la zone de couverture.
Besoins territoriaux toujours, avec la volonté du CHU de s'impliquer hors les murs au sein des différents réseaux et structures de soins présents dans la Vienne.
Besoins de Recherche enfin, avec nos différents laboratoires CNRS/INSERM qui œuvrent dans des domaines comme les transplantations, les neurosciences expérimentales et cliniques ou la pharmacologie des anti-infectieux. Nous ne pouvons par ailleurs que nous féliciter des différents partenariats Recherche mis en place par le CHU de Poitiers avec ceux de Tours, Limoges et bientôt Bordeaux.

Cette double volonté de rayonner tant sur le territoire que par l'excellence, vous l'avez trouvé à nouveau en visitant le nouveau Pôle cardio-vasculaire du CHU de Poitiers.
Outre deux équipes de Recherche, ce bâtiment accueille les unités de cardiologie, de soins intensifs et de réanimation neurochirurgicale et cardiovasculaire ainsi qu'une unité́ de chirurgie cardio-thoracique et vasculaire qui bénéficiera d'un plateau technique innovant et notamment d'un bloc high-tech dédié à la neurochirurgie avec accès direct à l'IRM.

Je souhaite, Monsieur le Président, saluer toutes celles et tous ceux qui ont participé à l'élaboration de ce projet, particulièrement le directeur général et le professeur Pierre Corbi.

Je voudrais en profiter pour saluer devant vous, l'ensemble de la communauté de soins qui, avec le dévouement qu'on lui connaît, remplit des tâches extrêmement difficiles au quotidien.
Saluer aussi l'ensemble des réalisations qui ont vu le jour au cours des dernières années, et notamment la maison des familles ou encore l'association "un hôpital pour les enfants", deux structures qui contribuent, avec les soignants, à mettre le patient au cœur du dispositif.  

À Poitiers, avec l'Etat et les différentes collectivités et catégories de professionnels de santé, nous déclinons chaque jour une notion qui vous est chère, Monsieur le Président : la santé comme bien public. Dans un département et même une communauté urbaine qui dispose d'une grande variété de territoires et de niveaux de vie, il nous appartient non seulement de faire vivre, mais surtout de développer, les conditions d'une égalité devant le soin.

Je sais combien cette notion est et continuera vraisemblablement d'être au cœur des débats dans le cadre de l'échéance présidentielle. Permettez-moi pour autant de m'en étonner tant la santé comme bien public, constitue pour une immense majorité de nos concitoyens une évidence et plus encore l'un des fondements de la société française d'aujourd'hui. Si la démocratie s'enrichit des désaccords de ceux qui la font vivre, il me semble néanmoins primordial que soit mis à l'écart du débat, ce qui constitue l'essence même de l'égalité telle que nous la concevons en France : l'égalité de chacune et de chacun, sans qu'il soit tenu compte d'origine, de revenus ou de lieu de d'habitation, à bénéficier d'une égale excellence dans le soin et d'une semblable humanité dans l'accompagnement.

Je vous remercie."

Alain Claeys, Député-Maire de Poitiers