Recherche libre dans le site
Partager...

Acteur de la vie de son quartier : le « pouvoir d’agir » des habitants

Dossier | Citoyenneté | 07/03/2017
Au quotidien, les Maisons de quartier, les associations, la Ville de Poitiers… donnent aux habitants le pouvoir d’agir. - Iboocreation
Dossier | Citoyenneté | 07/03/2017

Acteur de la vie de son quartier : le « pouvoir d’agir » des habitants

Être habitant d’une ville, d’un quartier, c’est aussi être acteur de sa ville et conscient de sa citoyenneté. De plus en plus, les Poitevins prennent part à la vie de leur quartier en s’engageant pour l’intérêt général. Au quotidien, les Maisons de quartier, les associations, la Ville de Poitiers… donnent aux habitants le pouvoir d’agir.

Tour d’horizon des dispositifs existants

  • Les Maisons de quartier

Parmi les nombreuses façons de s’impliquer dans la vie de son quartier, il y a celle d’être adhérent et usager, bénévole, ou même membre du conseil d’administration d’une des Maisons de quartier. Ces dernières mettent en place des dispositifs pour favoriser le pouvoir d’agir des habitants.
Parmi les 10 que compte Poitiers, la Maison de la Gibauderie a la particularité d’être née de la volonté des habitants, dont l’association a été créée en en 2005. L’engagement fort des bénévoles est au cœur de son projet. L’association passe de 1 à 15 salariés en 12 ans et les heures données par les bénévoles représentent 8 équivalents temps plein chaque année. Chaque nouvelle activité se fait en concertation avec les habitants, encouragés à s’impliquer.

  • Les Conseils citoyens

Il en existe 5 dans Poitiers depuis octobre 2016. Après appel à candidature et tirage au sort, les conseils citoyens sont composés de 2 collèges : celui des habitants et celui des acteurs locaux. Implantés dans les quartiers et animés en toute neutralité par les maisons de quartier, les conseils citoyens pourront émettre des avis sur les projets à soutenir ou à mettre en oeuvre en matière d’insertion, santé, emploi... Étienne Royer de la direction Politiques de la Ville et Solidarité de la mairie explique que « pour certains membres, c’est une première. Les conseils citoyens, via notamment le tirage au sort, ont permis un renouvellement de la participation. »

  • Le Pouvoir d’Agir des Trois-Cités

Le Centre socioculturel des Trois-Cités propose une autre façon de s’investir via le « Pouvoir d’Agir » :

  • écouter les habitants du quartier pour connaître leurs préoccupations,

  • constituer des groupes en fonction des thèmes repérés

  • faire que les participants, eux-mêmes, mettent en place des actions.

Aujourd’hui, 4 collectifs travaillent sur l’emploi, la mobilité (bus), le lien entre parents et professionnels de l’éducation et le bruit dans les immeubles. « Chaque participant doit être personnellement concerné par la problématique », explique Marie Bouchand du Centre des Trois cités. « C’est le vécu qui permet d’être sur un pied d’égalité. »
Parmi les travaux en cours, le groupe consacré à la relation parents / professionnels de l’éducation met actuellement en place des temps de rencontre entre enseignants et familles, pour montrer qu’il est possible de changer les pratiques, les a priori et ainsi améliorer des situations parfois compliquées.

  • Les Comités de quartier

Les comités de quartier sont constitués en associations. Ils réunissent des habitants du quartier désireux de s’investir dans la vie de leur quartier. Les comités de quartier travaillent en lien étroit avec les maisons de quartier et sont les interlocuteurs de la Ville de Poitiers (voirie, propreté, aménagement...). Leur mission principale : l’animation du quartier (organisation de la fête de quartier, élaboration du journal…).

  • Les budgets participatifs

Désormais bien connus des Poitevins, les budgets participatifs permettent aux habitants de participer à l’aménagement de leur quartier via de petits investissements. Pour cela, il suffit d’avoir une idée au service de l’intérêt général, de la soumettre et de participer aux « diagnostics en marchant » : « ces moments permettent d’échanger sur les projets, d’identifier des dysfonctionnements qui gênent les habitants mais aussi de faire qu’habitants, techniciens et élus se rencontrent et comprennent les contraintes de l’autre », souligne Étienne Royer.

  • Les Ateliers de l’avenir

A l’initiative de la maison de quartier SEVE de Saint-Eloi, de l’ADSEA et de Ekidom, les Ateliers de l’avenir visent le « mieux vivre ensemble », selon l’idée que la population, souvent silencieuse, est un vrai réservoir à idées ! Lors d’une première rencontre, les problèmes du quartier ont été identifiés. Ensuite, les participants ont recensé leurs rêves en vue du quartier idéal. La phase d’élaboration des projets concrets est en cours. Une quarantaine d’habitants s’investit dans ces Ateliers.

  • Et aussi

    • Les conseils de quartier : ouverts aux habitants, associations ou commerçants, les Conseils s’intéressent à tous les projets et aménagements du quartier ou plus globalement de la ville.

    • Les associations de quartier

    • Les fêtes de quartier

    • La fête des voisins

La Ville, la CAF et les maisons de quartier réunies autour des projets jusqu’en 2020 : une première

Samedi 11 mars 2017, 10 conventions pluriannuelles d’objectifs (CPO) seront signées entre la Ville de Poitiers, la CAF et chacune des 10 Maisons de quartier. Projet de l’association, obligations des 3 acteurs, moyens mis à disposition, gouvernance, modalités d’évaluation... les CPO dessinent ce que sont et ce que seront les maisons de quartier dans les 4 années à venir (2017-2020).
Pour la 1ère fois, la CAF et la Ville s’engagent  mutuellement dans un Accord-cadre sur tous les projets qui les lient (petite enfance, jeunesse, parentalité, accès aux droits…).
Le 11 mars, une matinée autour de la participation citoyenne est organisée au Centre d’Animation des Couronneries, 37 rue Pierre de Coubertin. À partir de 9h45. Au fil des différents témoignages, les participants pourront découvrir les multiples formes que peut prendre l’engagement citoyen.