Recherche libre dans le site
Partager...

DysApp : une application inédite pour détecter et accompagner les « Dys »

Dossier | Numérique | 06/04/2017
Eric Lambert et Pauline Quémart, enseignants-chercheurs au laboratoire CeRCA de l’Université de Poitiers, sont les chevilles ouvrière du projet. - Iboocreation
Dossier | Numérique | 06/04/2017

DysApp : une application inédite pour détecter et accompagner les « Dys »

C’est un projet innovant né à Poitiers, porté par l’Université et baptisé DysApp. Son dessein ? Développer un jeu vidéo pour détecter, accompagner les élèves présentant des troubles Dys, ces troubles qui interfèrent sur l’apprentissage du langage écrit.

Une appli pour détecter, s’exercer

Sous le préfixe « Dys » du grec signifiant « anomalie, difficulté » sont désignés des troubles cognitifs ou moteurs à géométrie variables : dyslexie, dysphasie, dyspraxie, dysgraphie… Ils induisent des difficultés d’apprentissage de la langue écrite (5 à 8 % de la population française). Rares sont pourtant les élèves diagnostiqués et bénéficiant d’un accompagnement personnalisé dans leurs apprentissages.

Des chercheurs de l’Université de Poitiers-CNRS et du Cnam mettent leur matière grise en commun pour concevoir une application sur tablette tactile d’un nouveau genre. DysApp se destine aux enseignants et aux élèves. Aux premiers pour leur fournir des points de repère sur le niveau de coordination motrice de leurs élèves. Aux seconds pour, par le jeu, exercer leur habilité motrice. Eric Lambert, enseignant-chercheur en psychologie cognitive à l’Université de Poitiers et cheville ouvrière du projet précise : « Le diagnostic appartient au médecin, cette application sera une aide au repérage à disposition des enseignants. »

Le numérique au service d’une hypothèse scientifique

Si les chercheurs optent pour la piste numérique, de l’Edutainment (éducation par le jeu), c’est qu’ils présagent que d’un bon doigté sur l’écran tactile à la capacité à réussir de belles lignes d’écriture ou à décrypter aisément un texte il y a des liens étroits. Il s’agit donc de mettre en évidence le postulat de rapport entre troubles de la planification visuo-motrice et habileté de lecture-écriture.

Une expérimentation à grande échelle

Le jeu sera expérimenté à partir de janvier 2018 sur les 4 départements de l’ancien Poitou-Charentes correspondants à l’Académie de Poitiers. Une cinquantaine de classes du CM1 à la 6ème participera à cette phase test durant 2 ans. Suivant les résultats obtenus, l’efficacité du jeu vidéo pourra être démontrée ou infirmée scientifiquement. La phase « test » sera menée notamment avec l’appui de l’Ecole d’Orthophonie de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, de l’Institut de Formation en Ergothérapie du CHU de Poitiers et de l’association HandicapEcole.

Un jeu à multiples enjeux

A ce stade du projet, la société Tralalère qui dispose d’une antenne à Cobalt, tiers-lieu numérique de Poitiers, conçoit le Game design, c'est-à-dire le volet graphique du jeu vidéo. L’opération mobilisera à son apogée une vingtaine de développeurs et de chercheurs dont un ingénieur d’étude et un thésard. A terme, des retombées économiques peuvent s’envisager avec une commercialisation de l’application.

Lauréat de l’appel à projet e-FRAN

Preuve de l’intérêt porté à ce « bébé numérique », DysApp est l’un des 22 projets lauréats de e-FRAN (espaces de Formation, de Recherche et d’Animation Numérique). Avec à la clé un financement de 835 751 € apporté par la Caisse des Dépôts sous l’égide du Ministère de l’Education Nationale. Soit près de 50% de l’investissement total du projet.

Un projet partenarial favorisé par l’écosystème French Tech Edutainment de Grand Poitiers

Ce dispositif pédagogique et numérique innovant est mené dans un cadre scientifique rigoureux. Il est facilité par l’écosystème numérique et scientifique propice de Grand Poitiers (université pluridisciplinaire, Sciences Po, ENSMA, Cned, Canope, start-ups), labellisée French Tech Edutainement.
 
Ce projet est conduit par 3 laboratoires de recherche :

  • CeRCA, le Centre de Recherches sur la Cognition et l’Apprentissage de l’Université de Poitiers-CNRS

  • MSHS, la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université de Poitiers-CNRS

  • CEDRIC, Centre d’études et de Recherche en informatique et communications (CNAM)