Recherche libre dans le site
Partager...

Une équipe du LP2I lauréate du Créathon

Dossier | Numérique | 16/06/2017
Une équipe du LP2I lauréate du Créathon - IbooCreation
Dossier | Numérique | 16/06/2017

Une équipe du LP2I lauréate du Créathon

5 enseignantes du Lycée Pilote Innovant International, LP2I de Poitiers ont relevé, en mai 2017, le challenge du concours Créathon, un Hackathon lié à l’éducation en amont du C2E. Leur équipe, les Elles P2I, ont produit, dans un temps limité, un outil numérique à la fois ludique et pédagogique. Leur projet, lauréat parmi 5 autres projets nationaux et internationaux, porte sur un jeu numérique autour d’expériences immersives.

Le Créathon, l’amorce du Campus E-Education

En mai 2017, le Créathon, initié par le Réseau Canopé de Poitiers et soutenu par Grand Poitiers, a réuni 200 équipes francophones du monde entier pour imaginer pendant 12 heures un outil numérique innovant au service de la pédagogie avec comme thème « Le développement durable, ça s’apprend ? ». Le Créathon, hackathon pédagogique, amorce le colloque national Campus E-Education (C2E) qui traitera du numérique dans l’éducation avec comme thématique « L’edutainment : vers une école parallèle ? ». Cet événement se tiendra à Poitiers en octobre 2017.

Apprendre autrement

« L’innovation pédagogique est une notion intrinsèque à l’enseignement au sein du LP2I. Aussi, lorsque nous avons eu connaissance du Créathon, qui s’inscrit dans cette même démarche, il nous semblait intéressant de pouvoir imaginer une nouvelle forme d’outil d’apprentissage », souligne d’emblée Catherine Troubat, de l’équipe Elles P2I. Elles sont cinq, toutes enseignantes (physique-chimie, espagnole mathématique…), à s’être engagées, en mai dernier, dans ce concours porté par le Réseau Canopé en partenariat avec Grand Poitiers. Sa finalité : imaginer dans un temps limité (12h) un outil numérique innovant au service de la pédagogie avec comme thème « Le développement durable, ça s’apprend ? » 

Une expérience enrichissante

Participer au Créathon répondait pour elles à un double objectif : juger de leur capacité à créer un produit viable et vivre une expérience de groupe. « Dans notre métier d’enseignante, les temps de partage et de travail en commun sont rares, le Créathon nous offrait cette possibilité de nous retrouver pendant 12h autour d’une table pour réfléchir, imaginer, créer…, précise Barbara Giraud, une des cinq équipières. Ça a été, une expérience très enrichissante, notamment par la présence de nombreuses équipes de toute la France et du monde entier. » 
Autre motivation : Catherine Trouba reconnaît aussi que toutes les cinq sont très joueuses, jeux de société, escape-game, jeux vidéo…, « l’idée de créer notre propre jeu était très motivant ».

« Pas de culpabilisation, pas de moralisation » 

Après l’annonce du thème,« le développement durable, ça s’apprend ? »,  Elles ont, dès le démarrage de leur travail de brainstorming, arrêté une idée forte : « Pour nous il était important d’aborder le sujet sans culpabilisation et moralisation. Le but était aussi d’avoir une approche générale sur le développement durable et ne pas se contenter que de l’aspect environnemental mais aussi traiter de l’économie et du social. » Après une véritable course contre la montre, elles ont pu, en se partageant les tâches, arriver à un résultat final « pour lequel nous sommes assez fier ».

Une approche immersive

Leur jeu, intitulé The System Regeneration, propose une expérience immersive destinée à un public jeune adulte Chaque joueur est amené à créer un avatar qui en fonction de son profil aura une influence sur le jeu. Exemple de personnages : journaliste, médecin, ouvrier activiste écologiste… Ces personnages sont amenés à effectuer des missions qui permettent de récupérer des points et débloquent des options. En fonction des décisions prises par le joueur une conséquence est présentée : marée noire, grève en Europe… Ces points donnent aussi la possibilité de devenir éditeur du jeu et de proposer des actions. 
Et à la question est-ce qu’elles ont été surprises d’être sélectionnées ? : « Oui bien évidemment ! Mais c’est un jeu auquel nous aimerions jouer, notre approche globale vis-à-vis de la question a certainement séduit », conclut Barbara Gérard.

Grand Poitiers soutient l’innovation

Favoriser la création d’entreprises innovantes, accompagner les start-ups, les PME… pour les aider à grandir et à se développer. De nombreuses initiatives sont mises en place par Grand Poitiers : la labellisation French Tech – Edutainment portée par le SPN, l’ouverture de Cobalt, lieu dédié au numérique à Grand Poitiers, le soutien au Centre d’Entreprises et d’Innovation (CEI)…
Plus récemment, Grand Poitiers a été labellisé Technopole. L’objectif est clair : faire travailler ensemble les piliers de l’innovation que sont la recherche et les entreprises. Le but ? Offrir aux entrepreneurs un guichet unique pour les aider à se développer, et ainsi créer des emplois sur le territoire.