Recherche libre dans le site
Partager...

Du rêve à la réalité : les projets vacances de familles concrétisés avec l’appui des maisons de quartier

Dossier | Solidarité | 01/08/2017
 - IbooCreation
Dossier | Solidarité | 01/08/2017

Du rêve à la réalité : les projets vacances de familles concrétisés avec l’appui des maisons de quartier

Si l’accès aux vacances est un droit pour tous, au même titre que le logement, nombre de familles en sont privées. A Poitiers, plusieurs maisons de quartier mènent des actions pour inciter, épauler des familles fragilisées dans leur projet de vacances autonomes. Pour qu’elles puissent partir comme tout le monde. 

Les vacances, pas forcément une évidence

« Les freins ne sont pas seulement financiers. Il peut y avoir des barrières psychologiques, logistiques, un terrain culturel » souligne Nathalie Ingrand, référent famille à la Maison des Trois Quartiers. « Partir en vacances ne s’invente pas. Pour des personnes qui n’ont jamais quitté Poitiers ou même leur quartier, c’est parfois difficile. » Nathalie tire ainsi son chapeau à cette maman seule, partie avec ses quatre enfants en bas âge : « Pour ma part, je ne crois pas que j’aurais le courage » glisse-t-elle. 

Un accompagnement au long cours

A la maison des Trois Quartiers, une réunion d’information est organisée dès le mois d’octobre à l’intention des familles qui ne sont jamais parties ou qui ne sont pas parties depuis longtemps. S’en suivent des réunions collectives mensuelles au cours desquelles tous les aspects du séjour sont évoqués, préparés. De la recherche de financement au lieu de villégiature, du contenu de la valise aux horaires de train, tout est balisé. 

Des partenariats précieux

Si d’une maison de quartier à l’autre les modalités pratiques des dispositifs diffèrent, ce sont les référents famille qui travaillent sur les projets de vacances en autonomie, comme à la Maison de Quartier SEVE de Saint-Eloi ou au Centre d’Animation de Beaulieu. L’assistante sociale du secteur, les travailleurs sociaux et la Maison de la Solidarité peuvent s’avérer des partenaires importants du projet. 

Boucler le budget

Anticiper permet de bénéficier de tarifs préférentiels pour l’hébergement, le transport. Côté financement, l’aide de la CAF, c'est-à-dire VaCAF ou l’AVS (Aide aux vacances sociales des familles) est calculée en fonction du quotient familial. L’enveloppe nationale n’étant pas extensible, les démarches requièrent là encore de l’anticipation. Les familles peuvent en outre bénéficier d’un coup de pouce de la Maison de Quartier, matériel ou/et financier, soutenue dans ses actions par la Ville de Poitiers. L’aide du Conseil départemental, ou les chèques vacances fournis par l’association Vacances Ouvertes peuvent en sus abonder le budget. Néanmoins, il y a toujours une partie autofinancement pour les familles. Elle nécessite la mise en place d’une épargne.

Destination vacances !

La plupart du temps sur une semaine complète, en gîte, camping ou village vacances, les familles décident de leur lieu de séjour en tenant compte des contraintes et des réalités notamment liées au transport. Les activités et petits plaisirs sur place -une visite au zoo, une glace sur la plage- envisagés et budgétés en amont, peuvent devenir réalité. Sur les murs du bureau de Nathalie, les cartes postales épinglées envoyées par les familles témoignent des nouveaux horizons qui se sont ouverts à elles : Pays Basque, île d’Oléron, La Bourboule, Menton… 

Des congés pour repartir du bon pied

Bien sûr, ces temps privilégiés loin du quotidien sont bénéfiques au bien-être de tous les membres de la famille. Ils permettent de se reposer, de s’aérer, de vivre une relation parents-enfants différente. Source de plaisir et de découverte, les vacances renforcent les liens familiaux et sociaux,  la confiance et l’estime de soi. Vivre l’expérience positive des vacances permet d’appréhender la rentrée plus sereinement. Pour Valérie*, partie avec ses enfants : « Les vacances font un bien fou. Mes enfants pourront les raconter à leurs camarades et leurs maîtresses à la rentrée au lieu de dire qu’ils sont restés à Poitiers. »

*le prénom a été changé