Recherche libre dans le site
Partager...

La Ville de Poitiers organise un plan d’urgence sociale pour soutenir les plus fragiles

Dossier | Solidarité | 12/11/2020
La Ville de Poitiers organise un plan d’urgence sociale pour soutenir les plus fragiles - Yann Gachet
Dossier | Solidarité | 12/11/2020

La Ville de Poitiers organise un plan d’urgence sociale pour soutenir les plus fragiles

La crise du COVID19 menace notre sécurité sanitaire, mais aggrave aussi les inégalités et fragilités sociales. A l’approche de l’hiver, la municipalité de Poitiers s’engage, et mobilise de nombreux partenaires et les moyens dont elle dispose pour répondre à une situation d’urgence sociale. Elle soutient les associations qui font vivre la solidarité au quotidien dans notre ville et répondent aux besoins urgents des habitantes et habitants. 

L’ancienne caserne Pont-Achard devient provisoirement un Centre d’accueil solidaire


La Ville de Poitiers se saisit de l’opportunité des locaux actuellement vides et disponibles de l’ancienne caserne de pompiers Pont-Achard (les pompiers ont quitté ces locaux en octobre 2020) pour réunir en un lieu unique différents acteurs qui accompagnent les plus fragiles.

 

Une Halte Répit pour les plus fragiles 


A compter du 12 novembre, et ce jusqu’à la fin de la période hivernale, le gymnase Joël Potreau devient une Halte Répit. Ce lieu, chauffé et équipé de douches, permettra d’accueillir les personnes fragiles sans conditions, afin qu’elles puissent faire une halte et se reposer au cours de la journée. 
La coordination de la Halte Répit de Pont-Achard sera assurée par la Croix-Rouge, qui bénéficie de financements de l’Etat (Direction départementale de la cohésion sociale) pour assurer cette mission.
D’autres professionnels seront également présents à la halte répit de Pont-Achard afin d’accompagner et d’orienter au mieux les publics bénéficiaires. Parmi eux, les bénévoles de la Croix-Rouge, du Secours catholique et les éducateurs de rue du Centre Communal d’Action Sociale de la Ville de Poitiers.
Des collations, des équipements de protection sanitaire (masque, gel hydroalcoolique…) et des kits d’hygiène pourront être distribués.
Cette halte répit pourrait également accueillir des bénéficiaires la nuit, lorsque les températures seront négatives, sur décision de la DDCS. Ce lieu s’adresse en particulier aux personnes sans logement, qui ne souhaiteraient pas se tourner vers les solutions d’hébergement proposées par le 115. 

 

Vers un nouveau point de distribution alimentaire  


La caserne Pont-Achard pourrait également permettre d’accueillir un nouveau point de distribution alimentaire pour les structures solidaires du territoire. Les différentes associations qui fournissent de l’aide alimentaire aux publics les plus fragiles et précaires, font en effet face à une augmentation massive des demandes, en même temps que des règles sanitaires qui les contraignent dans leurs activités.
Toutes les structures intéressées pour développer l’aide alimentaire pourraient utiliser ces locaux, dont les modalités restent à définir. Ce lieu serait aussi accessible aux restaurants sociaux ou restaurateurs solidaires à même de proposer des plats préparés à distribuer. 
La Ville coordonnera l’installation et soutiendra logistiquement les associations qui utiliseront les lieux.
La Ville fournit également 2 tivolis aux Restos du Cœur pour qu’ils puissent assurer leur distribution alimentaire dans de bonnes conditions.

 

Augmenter la capacité d’hébergement d’urgence


La Ville de Poitiers anticipe la période hivernale, qui va venir s’ajouter à la crise sanitaire. L’Etat, soutenu par la municipalité, augmente les capacités d’hébergement d’urgence en combinant toutes les solutions envisageables :

  • Le Gymnase des écossais lorsque le plan Grand Froid sera déclenché par l’État 

  • L’augmentation des places d’accueil à l’auberge de jeunesse. Actuellement au nombre de 40, jusqu’à 70 places pourront être mobilisées en fonction des besoins.

  • Déclenchement, dès que possible, de la halte répit de nuit au gymnase Joël Potreau.

Si les 345 places d’hébergement d’urgence ne suffisent pas, la Ville de Poitiers et la DDCS sont parvenues à un accord pour compléter par des nuits d’hôtel. 
C’est ainsi par la mobilisation politique et logistique de tous les partenaires que nous garantissons qu’aucun appel au 115 ne restera sans solution.
Par ailleurs, la Ville de Poitiers continue de rechercher un lieu adapté qui permettrait de proposer une solution durable, pour augmenter les capacités d’hébergement d’urgence. 

 

Aider le Secours populaire à trouver de nouveaux locaux


Le Secours Populaire souhaite créer une nouvelle antenne locale (lieu de stockage, de distribution, boutique), tout en conservant son siège rue de Bourgogne situé dans le quartier des Couronneries. 
La Ville apportera son soutien financier à ce projet.

 

Un plan municipal pour la solidarité de long terme


Guidée par un impératif de solidarité et de justice sociale, entre toutes les générations, entre tous les quartiers, entre tous les habitants de la ville, la Municipalité de Poitiers porte l’ambition, renforcée pendant cette période, que : 

  • Personne n'ait faim

  • Personne ne dorme dehors

  • Personne ne souffre d'isolement

C’est en ce sens qu’elle mobilisera l’ensemble des partenaires, en particulier le Conseil Départemental et les services de l’Etat, pour construire un plan municipal pour la solidarité de long terme, afin que Poitiers soit synonyme de justice sociale, de solidarité vivante, pour toutes et tous.