Recherche libre dans le site
Partager...
 -
Agenda | Manifestations / Salons
Le 25 Janvier 2018

La Nuit des Idées : "La fabrique de demain et la construction des imaginaires"

 

Poitiers a écrit son histoire dans la pierre, une histoire aujourd’hui bimillénaire qui contribue à la permanence de son décor patrimonial d’exception.
Mais cette ville jeune, cette ville étudiante, cette ville de l’éducation et de la connaissance a aussi montré une capacité à générer du débat d’idée, à se transporter vers la fabrique de demain. Pour ce faire, elle s’est appuyée sur la culture comme vecteur de bien commun et d’attractivité.

Salle des Pas Perdus, Palais des Ducs d'Aquitaine - Sébastien Laval

Au cœur de la cité, le Palais des ducs d’Aquitaine constitue un monument unique, associé à la figure d’Aliénor d’Aquitaine, reine qui a présidé aux destinées de cette grande Région, femme romanesque mais également femme d’esprit qui a développé une cour fastueuse protégeant de nombreux artistes et poètes. Depuis lors, le fil de la pensée et de la connaissance n’a cessé de se perpétuer, porté notamment par une Université de fondation ancienne (début XVème siècle) et aujourd’hui toujours très active. 
C’est en puisant dans ce substrat riche et fertile que la Ville de Poitiers dessine un nouveau projet pour le Palais des ducs d’Aquitaine et son quartier. La réinvention de ce monument exceptionnel vise à en faire la porte d’entrée symbolique du territoire et un lieu hybride de partage et de rencontres des acteurs de l’innovation, de la recherche, de la pensée, de l’art et de la culture avec les publics les plus élargis. 

 

A Poitiers, la Nuit des idées #2018 intitulée "La Fabrique de demain et la construction des imaginaires (regards historiques et horizons contemporains)" se déroulera au TAP. Cette soirée marquera l’ouverture des actions de préfiguration du Projet du Quartier du Palais et le lancement de la consultation citoyenne autour de ses perspectives. Une soirée organisée par la Ville de Poitiers avec le concours de l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image, l’Espace Mendes-France, l’Université de Poitiers, Sciences-Po Poitiers, le SPN, le TAP et Grand Poitiers. Programme :

Les débats

  • 19h30-20h15 : Comment imagine-t-on l’avenir au Moyen-Age ?

Sous l’Empire romain, deux conceptions quant au futur s’affrontent : celle de Virgile relative à l’accomplissement de l’Histoire avec un Empire romain qui n’a pas de fin (Eneide, I 279) et une autre relative au déclin. Avec la christianisation de l’occident médiéval, l’histoire a désormais un centre : la naissance de Jésus.
La doctrine du futur s’appuie au Haut Moyen Age sur une succession déclinante d’âges de l’humanité. La croyance de la proximité de la fin du monde est communément partagée avec notamment le millénarisme chrétien qui trouve sa source dans le texte de l’Apocalypse. Aux XIIème et XIIIème siècles, l’expansion économique et démographique ainsi que la naissance des villes fournissent un terreau favorable pour réinscrire l’histoire dans un temps linéaire. L’art se fait plus réaliste et exprime un avenir terrestre : il marque le désir de perpétuer les visages et les choses d’ici-bas. « La ville débloque et programme le futur » évoque le médiéviste Jacques Le Goff.

A Poitiers, éminente capitale du bas Empire et du Moyen Age, que nous apprennent les édifices majeurs du patrimoine et leur exceptionnelle iconographie du regard porté par l’homme médiéval sur l’avenir ?

Avec Claude Andrault-Schmitt, Professeure émérite d’histoire de l’art médiéval de l’université de Poitiers, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale et Cécile Voyer, Professeure d’Histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale et Gaëlle Bourges, Chorégraphe très inspirée par l’histoire de l’art, elle a développé plusieurs pièces autour du Moyen Âge.

 

  • 20h45-21h30 : Les Lumières et le culte du progrès, ou les prémisses de la révolution industrielle

Le XVIIIème siècle ou « siècle des Lumières » marque un tournant majeur dans le monde des idées et des connaissances, offrant un regard renouvelé sur le monde. Alors que s’écrit la première Encyclopédie, la modernité s’exprime par une vision de l’avenir fondée sur le socle de la connaissance et de la place des sciences, en même temps qu’émerge une réflexion politique et sociale prônant l’esprit de tolérance et de justice. Le XIXe siècle, marqué par les transformations résultant de la Révolution et de l'industrialisation, magnifie ensuite le passé tout en célébrant le Progrès.

Que nous reste-t-il de l’Esprit des Lumières ?

Avec
Jérôme Grévy, Professeur d’histoire contemporaine de l’Université de Poitiers et de Sciences-Po, directeur de l'Ecole doctorale Humanités (Lettres Pensée Art Histoire), il est membre du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l'Art et Musicologie (CRIHAM), il est agrégé d’histoire et docteur de l’IEP de Paris.
Fabrice Vigier, Maitre de conférences d’histoire moderne de l’Université de Poitiers il est directeur du Diplôme universitaire « archives et métiers des archives » et responsable pédagogique de la L1 d’Histoire. Il est membre du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l'Art et Musicologie (CRIHAM).

  • 21h45-22h30 : Le choc du XXème siècle

Le XXème siècle s’affirme comme un siècle de ruptures profondes, marqué par des événements sans précédents : les deux conflits mondiaux sanglants, l’utilisation d’armes de destruction massive, des génocides, l’avènement du rôle de grands états, etc, transforment durablement la marche du monde.  Et, dans le même temps, une période d’opulence s’ouvre, caractérisée par une expansion des moyens de communication et de transport, la conquête de l’espace et une économie fondée sur la croissance, destinée à une société de consommation avide de posséder de plus en plus de biens.

Le XXème siècle, entre enchantement et désenchantement, quel héritage pour le XXIème siècle ?

Avec    
Frédéric Chauvaud, Professeur d’histoire contemporaine de l’Université de Poitiers, co-directeur de la collection « Histoire » des Presses Universitaires de Rennes et Co-responsable de la programmation scientifique et culturelle du TAP, il est membre du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l'Art et Musicologie (CRIHAM)
Denis Mellier, Professeur de littérature générale et comparée de l’Université de Poitiers, il est spécialiste des théories littéraires et des différentes formes de fictions intégrant  la bande- dessinée et le cinéma.

  • 22h45-23h45 : L’imaginaire, pouvoir créateur des arts et des sciences ?

Qu’il s’agisse de l’artiste ou du scientifique, l’acte de création ou de recherche est lié à l’imaginaire de celui qui se questionne et agit. L’imagination constitue le processus de création. Selon le philosophe Gaston Bachelard, l’image constitue une force, une dynamique antérieure à la pensée. L’imagination questionne le rapport au monde de façon intime et sensible et permet d’affronter le réel par ce prisme. Les scientifiques, les artistes puisent dans leur capacité à se représenter l’immatériel et l’abstrait pour élaborer leurs œuvres ou leurs recherches.
Les scientifiques comme les artistes interrogent le monde de demain, comme ce fût toujours le cas, cependant dans un contexte où les scénarii s’annoncent catastrophiques : réchauffement climatique, surpopulation, pollution de l’air…

De quelle manière l’imaginaire du scientifique, de l’artiste, de l’écrivain se confronte au réel de demain ?


Avec
Jean-Michel Besnier : Professeur de philosophie à l’Université de Paris IV – Sorbonne (chaire de Philosophie des Technologies d’information et de Communication), il dirige le master Professionnel «Conseil éditorial et gestion des connaissances numérisées» à l’université de Paris IV – Sorbonne.
Annick Bureaud : Critique d’art, commissaire d’expositions et organisatrice de manifestations, chercheure et enseignante indépendante dans le champ de l’art et des technosciences. Elle est la directrice de la branche européenne de Leonardo/Isast (www.leonardo.info), et membre co-fondatrice du Collectif Nunc.
Laurent Karst : Architecte designer, fondateur de l’atelier 16, agence d’architecture et de design. Il réalise, avec le chercheur Jean-Marc Chomaz, des installations d’art numérique utilisant les nouvelles technologies.
Christian Rizzo : musicien de rock formé aux arts visuels, puis danseur et chorégraphe, il dirige depuis 2015  le CCN de Montpellier.

Modération : Alain Berestetsky, ancien fondateur et directeur de la Fondation 93, l'un des premiers Centre de culture scientifique, technique et industriel (CCSTI) français.

  • 0h00-0h45 : L’art, levier pour la construction de nouveaux mondes

Collectif Everyware * : une conférence jouable

Le collectif Everyware réunit trois jeunes artistes évoluant sur la scène du jeu vidéo indépendant et alternatif. Cette scène (auteurs, concepteurs, chercheurs, développeurs, producteurs, diffuseurs, joueurs) est un lieu d’expressions artistiques, sociales et politiques. La table ronde se propose sous forme d’un dispositif de conférence jouable. Son axe de révolution : la construction des villes et des flux urbains par le jeu. La ludification (du latin ludere : jouer, s’amuser, plaisanter, versifier, comparaître sur scène) est couramment désignée par l’anglicisme gamification. Il traduit l’utilisation des mécanismes du jeu dans des domaines tels que les situations d’apprentissage, les situations de travail, le développement des relations sociales et ses réseaux, ou même la fabrique et l’usage des villes.

* Le Collectif Everyware est soutenu par l’Ecole Européenne Supérieure de l’image dans le cadre du dispositif Follow, un programme de professionnalisation des jeunes diplômés.

Un spectacle

  • 20h30-21h30 : Le syndrome Ian, Christian Rizzo

1979 : La musique disco s’électrise au son post-punk de Joy Division et de l’iconique Ian Curtis, dont la danse épileptique contamine les clubbers. Imprégné du souvenir de ses nuits, le chorégraphe Christian Rizzo crée une pièce sur la danse de club en clôture d’un triptyque formé par d’après Une histoire vraie sur la danse folklorique et Ad noctum sur la danse de couple. Sur une piste dorée, tramée d’étoiles luminescentes et ondée de fumée sculptée, les danseurs, en tension retenue, mixent ondulations lascives disco et saccades nerveuses new wave. Les beats enivrants de l’électro minimale signée Pénélope Michel et Nicolas Devos nappent le geste qui se propage en transe solitaire, fièvre collective et abandon au plaisir du clubbing, ce furieux désir de rester vivant.

Tarif spécial
-  17 € pour les + de 26 ans sur présentation du document de la Nuit des idées (1 place par personne)
-   8 € pour les – 26 ans présentation du document de la Nuit des idées (1 place par personne)

Réservation obligatoire
Accueil-Billetterie : 6 rue de la Marne - Poitiers
mar > sam : 13h - 18h30 / fermé les samedis des vacances scolaires
Infos : +33 (0)5 49 39 29 29 | accueilpublic@tap-poitiers.com

 

Les Ilôts de l'Imagin'action

  • Idéathon : à chacun son idée !

Mur à idées qui sollicite la participation du public pour contribuer à la construction du Projet du Palais des ducs d’Aquitaine et son quartier !
Alors que la réinvention du Palais des ducs d’Aquitaine et de son quartier se dessine, le public sera invité à apporter sa contribution sur des éléments du programme.
A chacun son idée et sa vision !

Installation mise en place par Blue Yeti et le collectif Filigrane 

  • Rencontres imaginaires

Œuvres vidéos interactives comportementales de Scenocosme : Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancx. 

Scenocosme : Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt
Rencontres imaginaires est une œuvre interactive où les reflets réels se confondent avec les images virtuelles, offrant l’illusion d’une réalité déformée. L’installation présente une caméra et un écran qui agit comme un miroir. Lorsqu’un visiteur entre dans l’espace d’interaction, il se retrouve face à cet écran miroir. Celui-ci reflète son corps, son visage. Son reflet attire progressivement des mains et visages virtuels qui tentent de le toucher, de le caresser, de le fuir, de l’attraper, de le surprendre... Timides, farouches, curieux ou engageants, ces mains et visages ont autant de comportements qui interrogent les relations que nous avons à l’autre. Les mains et visages perçoivent la présence et se déplacent le long du reflet du spectateur.

Le couple d'artistes Scenocosme réunit Grégory Lasserre et Anaïs met den Ancxt. Leurs créations singulières prennent forme à travers diverses expressions : installations interactives, art plastique, art numérique, art sonore, performances collectives etc. En distillant la technologie numérique, ils en font ressortir des essences de rêve et de poésie, ils en utilisent ainsi la partie vivante, sensible voire fragile. Leurs œuvres sont présentées dans de nombreux musées, centres d’art contemporain et festivals d’art numérique dans le monde.
www.scenocosme.com/rencontres_imaginaires.htm

  • Front contre Front / extraits vidéo

Présentation d’un extrait vidéo de la pièce Front contre Front de Gaëlle Bourges, créée  et interprétée le vendredi 1er  avril 2016 au TAP lors du festival À Corps,  par les étudiants de l’atelier de recherche chorégraphique de l’Université de Poitiers/ SUAPS,  en partenariat avec le TAP et le musée Sainte croix.

Front contre Front a pour point de départ le chapiteau dit de « La Dispute », une œuvre d’art roman datée du XIème siècle, visible au Musée Sainte-Croix de Poitiers. 

Trois séquences d’une même histoire y sont sculptées, qui illustrent un affrontement : deux hommes se tirent ostensiblement la barbe, yeux dans les yeux, front contre front. 

  • Castors (puisque tout est fini) / extrait du travail en cours 

Work in progress proposé par les étudiants de l'Atelier de recherche chorégraphique de l’Université de Poitiers/ SUAPS,  sous la direction artistique de Marlène Saldana et Jonathan Drillet, en partenariat avec le TAP, où la pièce sera jouée le mercredi 28 mars 2018 dans le cadre du festival À Corps.

  • Les entreprises ont de l’imagination ! : Poitiers et sa région, pépite française de l’edutainment

4 entreprises du secteur du numérique partageront avec le public leur savoir-faire : dispositifs multi-médias, ingénierie audiovisuelle, jeu vidéo, visites en réalité virtuelle, etc.

Manipulations, voyages virtuels, plongée dans le passé, les intermèdes de la Nuit des Idées seront ludiques à Poitiers.

  • Come with the flow - Jeu video

Come With The Flow est un jeu expérimental en développement, proposant au joueur de parcourir un environnement urbain au travers des flux des intelligences artificielles. Créé par le collectif Everyware

 

Qu'est-ce que la Nuit des Idées ?

En 2016, l’Institut Français a lancé la première édition d’un événement intitulé La Nuit des Idées. Le concept : inviter tout un chacun à échanger autour d’une thématique, pendant une même nuit, et ce dans le monde entier. En 2016, près de 180.000 personnes ont participé aux événements organisés dans ce cadre, dans près de 80 villes dans le monde, ainsi que plus de 7 millions d’internautes autour du hashtag #lanuitdesidées. L’institut Français renouvelle l’opération le 25 janvier 2018, avec la volonté d’essaimer en région, autour de la thématique « l’imagination au pouvoir ».

Plus d'informations sur la Nuit des Idées

 

 

19h30- 1h du matin