Accueil | Cadre de vie | Parcs et jardins | Les arbres remarquables
  • Les arbres remarquables de Poitiers

    Le cdre du Liban du cimetire Chilvert - Ville de Poitiers

    Diaporama

    • Le cdre du Liban du cimetire ChilvertLe cdre du Liban du cimetire Chilvert
    • Les cdres pleureurs de la RoseraieLes cdres pleureurs de la Roseraie
    • Le Cdre du square Saint-HilaireLe Cdre du square Saint-Hilaire
    • Le noyer du stade de la Demi-luneLe noyer du stade de la Demi-lune
    • Larbre de Jude porte une lourde lgende, Judas Iscariote sy serait pendu aprs avoir trahi Jsus.Larbre de Jude porte une lourde lgende, Judas Iscariote sy serait pendu aprs avoir trahi Jsus.
    • L'arbres  tulipes du Parc de BlossacL'arbres tulipes du Parc de Blossac
    • Le pacanier unique  PoitiersLe pacanier unique Poitiers
    • Le peuplier dItalie  Saint-CyprienLe peuplier dItalie Saint-Cyprien
    • Les amandiers de la viergeLes amandiers de la vierge
    • Les cyprs chauves des bords de ClainLes cyprs chauves des bords de Clain
    • Squoia gantSquoia gant

    Les arbres remarquables de Poitiers

    Poitiers compte 40 000 arbres de 220 espèces différentes sur le domaine public.

    Depuis 2016, la Charte de l'arbre a pour but de mieux faire connaître les principes qui régissent l’entretien et la conservation du patrimoine arboré de Poitiers. 

    Certains de ces arbres sont considérés comme exceptionnels. Ce sont des arbres de grande envergure, souvent assez vieux, impressionnants et surtout qui marquent fortement le paysage. Il ne faut pas oublier que certains arbres se trouvant dans des jardins ou parcs privés peuvent aussi être considérés comme remarquables et participent au paysage de Poitiers.

    La carte des arbres remarquables

    Cette carte permet de trouver les arbres considérés comme les plus remarquables dans les espaces verts de Poitiers. La direction des espaces verts invite les habitants et les visiteurs à cliquer sur la carte puis se rapprocher de ces arbres afin de mieux comprendre en quoi ils sont considérés comme remarquables.

    Les arbres remarquables de Poitiers

    Les cèdres pleureurs de la Roseraie (Cedrus atlantica 'Glauca Pendula'

    Dans le parc de la Roseraie, les promeneurs peuvent admirer deux magnifiques cèdres pleureurs presque centenaires et aux épines qui dégringolent en rideaux bleu-argentés. Ce sont des arbres persistants majestueux au port surprenant avec leurs longues branches charpentières qui partent à l’horizontal et de multiples rameaux retombant. D’une envergure d’une quinzaine de mètres, ils prennent place autour des deux bassins du parc. Des étaies sont indispensables pour supporter leurs lourdes branches. Il faut néanmoins régulièrement les alléger afin de dégager le passage au niveau du pont reliant les deux bassins.

     

     

     

    Le séquoia géant des Prés-Mignons (Sequoidendron gigantenum)

    À Poitiers sud, dans le Parc des Prés Mignons, se trouve un séquoia géant imposant de 33 mètres de haut et 2 mètres de diamètre. Il a été planté, comme une dizaine d'autres dans Poitiers, il y a un siècle et demi. A cette époque il était d’usage de peupler les parcs des châteaux français d’arbres d’ornements. On date ceux des Prés-Mignons de 1882 environ, année de construction de la maison de la famille Babillé.
    À l’instar de tous les vieux arbres de Poitiers, ce séquoia bénéficie d’un contrôle annuel. Un périmètre de protection évite les tassements dus aux piétinements autour des troncs qui provoquent un étouffement du sol et fragilisent ces arbres centenaires. 

     

     

    Les cyprès chauves des bords de Clain

    Emblème de la Louisiane, le cyprès chauve a été intégré au paysage poitevin depuis une quarantaine d’années. Deux d'entre eux se trouvent face au Moulin de Chasseigne, au bout d’une petite avancée de terre sur le Clain. Le cyprès chauve est un arbre des marais. Certaines de ses racines ressortent de terre. Ce sont des pneumatophores, sorte de « bouche » de l’arbre lui permettant de respirer. La base de l’arbre, jusqu’à deux mètres de hauteur, est faite de contreforts. Des « jambes » qui forment un ancrage fort au sol et desquelles partent ses racines. Ses branches forment des courbures particulières. Elles donnent d’ailleurs des indications sur son âge. Plus elles sont courbées et plus l’arbre est ancien. 

    Bien qu'appartenant à la famille des conifères, des feuilles brunes forment un tapis léger et souple en hiver.  
    Un autre cyprès chauve se trouve au Jardin des Plantes. Celui-ci trône à 28 mètres de hauteur et ses branches, très recourbées, indiquent que c'est un arbre centenaire.

     

     

    L’amandier de la Vierge (Prunus amygdalus ou Prunus dulcis)

    C’est un arbre qui s'est sans doute installé naturellement. Une graine semée par le vent qui a pris racine au pied de Notre-Dame des Dunes. Cet arbre centenaire à l'écorce noueuse et torsadée culmine à 15 mètre de haut.
    L’amandier est une ancienne essence introduite entre le IIIe et le Ve siècle avant J.-C dans le sud de la France. Son fleurissement précoce annonce la fin de l’hiver : c’est le premier arbre fruitier à fleurir, dès les premiers jours de mars. Ses fleurs délicates d’un blanc éclatant en font l’un des symboles de l’amour et de la virginité. Les feuilles apparaissent ensuite mais il faut attendre le début de l’été pour que donnent ses fruits. 
    Pour l’entretien de cet arbre remarquable, les jardiniers municipaux sont particulièrement attentifs à la taille, d'un rayon, moyen de 4,5m.

     

     

     L’arbre de Judée fleurit des Trois cités

    Rue de la Vallée-Monnaie (à côté du centre commercial des Trois Cités), l’arbre de Judée n’est pas l’unique de Poitiers mais il est le plus gros. Il s’élance sur 9 mètres de haut. Fin mars-début avril, ses fleurs roses pourpres et ses feuilles vertes bleutées annoncent le réveil de la nature. Son fruit, une gousse aplatie qui lui vaut de porter aussi le nom de gainier, mûrit pendant les mois d’été. Il renferme des graines beiges très appréciées des mésanges bleues et charbonnières. 
    L’immeuble, à moins de cinq mètres, explique sans doute l’inclinaison de l’arbre, à la rechercher la lumière. Aucun danger pour qui passe en promenade ou souhaite s’y adosser. Pour s’adapter à cette pousse spécifique, l’arbre a renforcé sa musculature par des phénomènes de tension et de compression qui s’équilibrent : alors que la tension étire le bois vers l’extérieur de la courbure, la compression serre le bois à l’intérieur. Le tronc présente des cavités et des nécroses et, à son pied, un champignon, dit « linivore ». Aucun entretien particulier n’est pourtant nécessaire mais la surveillance est régulière à l'aide d'une sonde, appelée résistographe, qui calcule la résistance du bois.

     

    Le Cèdre du square Saint-Hilaire (Cedrus atlantica)

    A deux pas de l’église Saint-Hilaire, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, trône un cèdre de l’Atlas de plus de 150 ans. C’est le plus vieil arbre aux abords de l’église romane. Les plateaux à sa cime le confirment : celle-ci s’aplatit avec l’âge, c’est l’une de ses caractéristiques. Originaire des montagnes d’Afrique du Nord, cette espèce a été introduite en Europe à partir de 1839. 
    Au centre du petit square Saint-Hilaire, l’arbre est d’abord impressionne par sa taille, près de 35 mètres de haut pour un périmètre d’environ 12 mètres. L’envergure de ses longues branches en fait un coin d’ombre très apprécié des promeneurs, des touristes et des enfants de l’école tout proche. Deux bancs sont installés à son pied, pour savourer la quiétude du lieu. Un éclairage dédié met en valeur sa majestuosité. 
    Situé dans le périmètre du plan de sauvegarde et mise en valeur (PSMV), ce cèdre est classé « arbre remarquable ». La surveillance des agents du service des Espaces verts consiste uniquement en une taille d’allégement régulière. L’arbre possède des branches basses : un port naturel que les jardiniers veillent à conserver.

     

    Le peuplier d’Italie à Saint-Cyprien (Populus nigra Italica)

    Se trouvent de nombreux peuplier bordant le Clain et la Boivre. Mais celui-ci est particulièrement grand et majestueux. Il a près de 200 ans et mesure plus de 35 mètres sur deux mètres de large. S'il a pu se développer ainsi, c'est grâce à la proximité du Clain et au terrain d'alluvions dans lequel il puise sa nourriture. Son caractère exceptionnel, son esthétisme n'ont pas laissé indifférente l'association Vienne Nature qui l'a classé comme l'un des « arbres remarquables » de Poitiers. 
    Il bénéficie d'une surveillance accrue de la part du service des Espaces verts avec une intervention tous les 2 ans environ qui consiste à enlever le bois mort pour éviter les chutes de branches.
    Le meilleur moment pour l'admirer est en été où ses branches sont très fournies de petites feuilles claires.

     

     

    Le cèdre du Liban du cimetière Chilvert

    Ce géant de 30 mètres est facile de le retrouver tant il dépasse d’une large tête tous les Cupressus des lieux. Certainement planté au moment de la création du cimetière en 1797 (soit il y a 221 ans), suite à la décision de déplacer les lieux de sépulture « hors des murs de la ville » pour des raisons de salubrité et d’encombrement, le cèdre se situe donc dans la partie la plus ancienne du cimetière . 
    La particularité de ce résineux tient notamment au plateau que forment ses branches les plus hautes qui occupent une très grande étendue dans l’espace. Placé sous l’arbre, il est possible d’observer son architecture. Autre particularité : ses pommes de pin ont une forme arrondie et non conique. 
    Le service Espaces verts porte une attention particulière à ce cèdre en passant le contrôler deux fois par an. Il ne nécessite pas d’entretien particulier si ce n’est enlever le bois mort et alléger parfois les branches horizontales devenues trop lourdes. Si aucun événement ne vient troubler sa quiétude, il y a de grandes chances que le cèdre de Chilvert n’en soit qu’à la moitié de sa longue vie. 

     

    Le noyer du stade de la Demi-lune (Juglans regia)

    Situé au fond de l’aire de jeu située rue de Salvert, ce majestueux noyer bientôt centenaire bénéficie d’un site préservé pour déployer ses longues et nombreuses branches. Une belle architecture qui se déploie sur près de 22 mètres de diamètre pour un arbre qui culmine à 18 mètres de hauteur. Ce noyer commun est une essence d'Asie mineure introduite en Europe au Moyen-Âge. Le « gauguier » est le nom (en moyen-français) du noyer au XIIe siècle, une appellation qui provient de sa gaugue ou grosse noix. L’espèce réagissant mal à la taille, l’entretien du noyer de la Demi-lune se limite donc à une taille douce et quelques allégements. L’arbre, conservé au moment de l’aménagement du stade, faisait probablement partie d’une haie bocagère, au temps où les terrains agricoles s’étendaient dans le quartier. Un autre noyer remarquable, encore plus grand et plus âgé, se cache derrière l’Auberge de jeunesse (1 rue Roger Tagault) à Bellejouanne. Il faut traverser l’établissement pour pouvoir l’admirer. Le bois de noyer est une essence noble, utilisée en ébénisterie. Avis aux promeneurs : en octobre, c’est la pleine saison des noix, comestibles uniquement lorsqu’elles sont tombées au sol.

     

    L'arbre à tulipes du parc de Blossac (Liriodendron Tulipifera)

    A l'automne, lorsqu'il se pare de sa robe dorée, l'arbre à tulipes ou tulipier de Virginie du parc de Blossac, c'est un repère visuel marquant. 
    Ses feuilles particulière sont aisément reconnaissables : larges avec quatre lobes. L'autre particularité de cet arbre est, comme son nom l'indique, de donner au printemps des fleurs jaunes en forme de tulipes. Autant de caractéristiques qui en font une espèce très appréciée des parcs et jardins. C'est d'ailleurs plus pour celles-ci que pour ses atouts en sylviculture (bois léger et tendre) que l'arbre a traversé l'Atlantique au 18e siècle. Il est originaire de l'Est des Etats-Unis.   
    A Poitiers, il a fallu attendre les années 1950, lors de l'aménagement du parc animalier à Blossac, pour que le premier spécimen soit mis en terre. Sa localisation, à côté du bassin situé à proximité de la grotte et du kiosque, dans le jardin anglais de Blossac, n'est pas due au hasard : c'est un arbre qui pousse dans les endroits frais. Le sexagénaire de 25m de haut a encore de beaux jours devant lui car il peut vivre 300 ou 400 ans.

     

     

     

     

    L'unique pacanier de Poitiers

    Au jardin des Plantes le pacanier aurait été planté il y a environ 80 ans. L'arbre domine majestueusement le jardin botanique de ses 30 mètres de haut. Il pourra encore gagner 10 à 20 mètres afin d'atteindre sa taille adulte. 
    Il est reconnaissable par son écorce rugueuse, par les coquilles au sol qui renferment le fruit du pacanier : la noix de pécan ainsi que par ses feuilles d'un jaune-orange marbré en automne. C'est la richesse gustative et nutritionnelle (notamment grâce aux antioxydants) des noix de pécan qui a donné sa place au pacanier dans la partie botanique du jardin des Plantes, anciennement dédié aux étudiants en médecines de la faculté de Poitiers. 
     

     
    L'association A.R.B.R.E.S. a délivré le Label "Ensemble Arboré Remarquable" au Jardin des Plantes en 2019
     
     
     

     

        

    Le Ginkgo biloba, un arbre en or

    S'il est majestueux au printemps et en été avec ses grandes ramifications, c'est à l'automne que le Ginkgo biloba du Jardin des plantes offre son plus beau visage. Ses feuilles très spécifiques, constituées de deux lobes formant un cœur, prennent une teinte jaune vif magnifique et tombent telle une pluie d'or. D'où ses différents surnoms d'arbre « aux quarante écus » ou « aux mille écus ».

    Originaire de Chine, il est aussi qualifié de « fossile vivant ». Ses ancêtres seraient apparus bien avant les dinosaures et appartiendraient à l'une des plus anciennes espèces arboricoles connues. Autre particularité : ses feuilles recèlent des vertus médicinales. Elles favoriseraient une bonne circulation sanguine. L'histoire ne dit pas s'il a été planté dans ce lieu, pour ses propriétés, à l'usage des étudiants en médecine.

    Voisin du jardin potager, du haut de ses 150 ans, le Ginkgo biloba est un vieillard en pleine forme. Il n'arbore aucune trace des effets du temps : pas de cavité, pas de bois mort, pas même une branche cassée par le vent. Il faut dire que sa situation, entouré de résineux, lui offre un espace très protégé. Sa stature pyramidale, s'élançant jusqu'à 35 mètres de haut et son diamètre de tronc de plus d'un mètre, en font le représentant le plus remarquable des Ginkgo biloba de Poitiers, qui compte 10 spécimens sur le domaine public. Surveillé de près, il a encore de belles années devant lui. Certains Ginkgo biloba atteignent 1 000 ans.

     

     

     

     

    Le chêne de la Matauderie

    C’était un arbre majestueux. Ses branches noueuses s’élevaient vers le ciel où culminait sa cime à près de 30 mètres de haut. Le chêne dit de la Matauderie était le plus vieil arbre de la Ville de Poitiers : il avait plus de 350 ans. Son tronc, d’une circonférence de 6 mètres, s’était creusé au fil des ans.

    Dans les années 90, un champignon lignivore s’était niché en son pied, le menaçant de dépérissement. Un allègement de ses branches, le curage de sa cavité intérieure et le soin qui lui était apporté depuis (diagnostiques réguliers) lui permettaient de se maintenir correctement.

    Après avoir résisté aux maladies comme aux tempêtes (notamment celle de 1999), le chêne de la Matauderie est tombé le dimanche 31 janvier 2021, suite à un incendie.

    La souche sera conservée sur place comme empreinte du passé et comme réceptacle d'un des glands récupérés et mis en nourrice dans l'espoir de redonner symboliquement vie à cet ancêtre bien connu des poitevin·es.