Recherche libre dans le site
Partager...
Actualité | Culture | 12/12/2018

Confort Moderne : Nicole Concordet reçoit le prix de la Femme Architecte 2018

Nicole CONCORDET, architecte de la réhabilitation du Confort Moderne -
Actualité | Culture | 12/12/2018

Confort Moderne : Nicole Concordet reçoit le prix de la Femme Architecte 2018

La Ville de Poitiers tient à féliciter Nicole CONCORDET, architecte de la réhabilitation du Confort Moderne, qui a reçu, lundi 10 décembre au Pavillon de l’Arsenal à Paris, le prix de la Femme Architecte 2018.

Organisé pour la sixième année consécutive par l’Association pour la Recherche sur la Ville et l’Habitat (ARVHA), l’événement présentait les travaux sélectionnés et examinés par le jury, parmi 840 oeuvres proposées par 300 femmes.

Après des débuts en 1992 au sein de l’agence Cobalt, Nicole Concordet entreprend une collaboration avec Patrick Bouchain et Loïc Julienne, avec lesquels elle fondera Construire en 1998. Ensemble, ils réalisent de nombreux projets, comme le siège social de Thomson multimédia à Boulogne Billancourt (1998), Le Lieu Unique à Nantes (2000), La Condition Publique à Roubaix (2004), la piscine Les Bains à Bègles (2006). En 2004, elle obtient son diplôme d’architecte DPLG à l’ENS d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée. Depuis 2008, Nicole Concordet vit et travaille à Bordeaux.

En décembre 2017, Nicole Concordet livre le Confort Moderne, salle de concerts et d’art contemporain qui accueille dans ses murs la Fanzinothèque, un disquaire et l’association Jazz à Poitiers. L’architecte parvient à transformer tout en conservant l’âme de cette ancienne friche industrielle. Objectif ? Créer un espace plus fluide, plus lumineux et plus harmonieux avec un budget restreint et des délais courts. « Il ne peut pas y avoir deux Confort Moderne, celui du projet architectural et celui du projet culturel. Le projet architectural s’est glissé dans le projet culturel et inversement, voilà aussi ma façon de faire de l’architecture, histoire de faire tomber quelques frontières… », écrivait Nicole Concordet à propos de son travail à Poitiers.