Recherche libre dans le site
Partager...

Créathon 2018 : Portrait d'un lauréat, Pivotech

Dossier | Numérique | 28/08/2018
L'équipe Pivotech - Pivotech
Dossier | Numérique | 28/08/2018

Créathon 2018 : Portrait d'un lauréat, Pivotech

En amont du Campus e-éducation (C2E) soutenu par Grand Poitiers, qui aura lieu du 10 au 12 octobre 2018, était organisé en mai le Créathon. 400 équipes de 35 pays francophones étaient réunis par les acteurs de la francophonie (GAFF, AUF, OIF) et les partenaires du groupement d’intérêt scientifique « innover avec le numérique pour l’enseignement, la formation et les apprentissages » (GIS INEFA). Ils ont planché pendant 24h à l’émergence de projets d’innovation numérique au service de la pédagogie. A l’issu de ce concours 6 projets ont été retenus. Portrait d’une équipe lauréate, Pivotech, équipe Camerounaise qui a développé une idée d’application de récoltes des données climatiques via son smartphone et de jardinage

Une surprise

Pour l’équipe du Cameroun, Pivotech, être lauréate du Créathon 2018, a été véritablement une surprise. Car tout était réuni pour que leur projet n’aboutisse pas : une inscription retardée le jour du Créathon, pas de locaux adéquates pour les accueillir 24h dans leur pays, un soutien mitigé de leur entourage. Mais, les 3 coéquipiers, Nikeme Makengne, ingénieure en informatique et télécommunication, Franck Eitel Ghomsi, doctorant en géophysique et océanographe et Aurèle Simo expert en e-commerce et marketing digital, ont tenu bon et ils sont particulièrement fiers d’avoir été retenus parmi plus de 400 équipes participantes. Pour rappel, le Créathon, porté par le Réseau Canopé en partenariat avec Grand Poitiers, a pour finalité d’imaginer dans un temps limité (24h) un outil numérique innovant au service de la pédagogie sur le thème de la Francophonie (35 pays Francophones concernés).

Evaluer son potentiel de créativité

C’est Nikeme Makengne qui a eu l’idée de s’inscrire à ce challenge. Entrepreneure, elle suit actuellement une formation à distance en Master 2 en télécommunication via l’Agence Universitaire Francophone (AUF), structure par laquelle elle a eu vent du Créathon. « J’ai souhaité y participer afin d’évaluer mon potentiel de créativité. » Elle a alors constitué une équipe aux compétences complémentaires.

Pivotech ne s’est pas lancée dans cette aventure à la légère. « En amont du concours, nous nous sommes réunis plusieurs fois pour étudier les projets réalisés l’an dernier et ainsi les attentes. Nous avons également, en fonction de la thématique générale qui était connue, « La Francophonie », réfléchi à des idées pouvant être reprises le jour J. »

Susciter une prise de conscience environnementale

Après plusieurs heures de brainstorming, leur choix s’est arrêté sur un projet d’application mobile qui tient compte à la fois du changement climatique et qui permet aux personnes, jeunes et moins jeunes, de s’initier au jardinage en milieu urbain. « Notre application, baptisée, Jardinius, permettra à ses utilisateurs, en fonction des régions dans lesquelles ils se trouvent et à partir de la température ambiante collectée par leur smartphone de choisir des semences et envisager la création d’un potager virtuel. Tout au long de la croissance des plantes, ils recevront des conseils, astuces et notifications quant à l’impact de ces plantes sur l’environnement. L’idée étant derrière de susciter une prise de conscience sur les enjeux environnementaux en les impliquant directement par le biais des relevés de données climatiques mais aussi en les incitant à réaliser un jardin dans la vraie vie. »

Une expérience unique

Pour les 3 associés, le Créathon a été vécu comme une expérience particulièrement enrichissante : « Ça m’a véritablement conforté dans l’idée que si l’on veut faire aboutir un projet il ne faut pas hésiter à se lancer », précise Nikeme Makengne. « C’est une belle aventure humaine, poursuit Franck Eitel Ghomsi. La contribution de chacun et l’écoute de tous sont essentiels pour arriver à aboutir à une idée qui tienne la route. »

Depuis, les membres de Pivotech redoublent d’effort pour être prêts lors de la semaine d’accélération prévue en octobre dans le cadre du C2E de Poitiers car les trois associés voient dans Jardinus un projet professionnel futur. Chaque semaine, ils se réunissent pour travailler sur leur application. Ils ont d’ailleurs intégré le fablab du campus numérique de l’AUF de Yaoundé pour la création d’un prototype d’appareil connecté au smartphone nécessaire à la récolte des données climatiques. Aussi, ils attendent beaucoup de leur venue à Poitiers « en matière d’aides à la conception, de mise en réseau et des retours d’expériences. »

Grand Poitiers labellisé French Tech EdTech

Grâce à la présence sur son territoire de spécialistes de l’Éducation et du développement numérique (Cned, Canopé, Université, startups…), Poitiers a rejoint en 2016 l’un des réseaux thématiques de la French Tech, une labellisation portée par le SPN. Son credo : l’Edutainment, ou comment apprendre en jouant. La création de la Technopole, l’ouverture de Cobalt, lieu dédié au numérique à Grand Poitiers, le soutien au Centre d’Entreprises et d’Innovation (CEI)… autant d’atouts qui créent une image de marque, qui a pour but de favoriser l’installation et le développement de startups dans ce domaine sur le territoire.