Recherche libre dans le site
Partager...

Jeunes du CCJ et du SESSAD réunis pour "bidouiller" autour du jeu vidéo

Dossier | Solidarité | 28/01/2020
Jeunes du CCJ et du SESSAD réunis pour "bidouiller" autour du jeu vidéo - Nicolas Mahu
Dossier | Solidarité | 28/01/2020

Jeunes du CCJ et du SESSAD réunis pour "bidouiller" autour du jeu vidéo

Créer une manette de jeux vidéo adaptée pour des personnes en situation de handicap, c’est l’objectif du projet "Bidouille". Il réunit des jeunes du Conseil Communal des Jeunes de Poitiers (CCJ) et du Service d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD), valides et non valides à la médiathèque de Saint-Eloi.

Un projet sur l'année

Gestes imprécis, faible tonus musculaire… Les personnes en situation de handicap ne peuvent pas forcément jouer sur du matériel classique. L’objectif du projet Bidouille est de concevoir des périphériques adaptés et personnalisés qui pourraient être utilisés à la médiathèque de Saint-Éloi, qui s’est dotée d’une manette adaptative. Le projet se décline sur toute l’année scolaire, à travers un rendez-vous mensuel.
Les « bidouilleurs » seront par exemple présents à la Gamers Assembly, où ils présenteront leurs prototypes.

Rencontre autour du jeu vidéo et de l’accessibilité

Une caisse à outils, des électrodes, des fils électriques colorés… La médiathèque de Saint-Éloi a des allures d’atelier. Dans le rôle des bricoleurs, 4 jeunes du CCJ et 4 du SESSAD*, valides et en situation de handicap, qui sont réunis par le projet Bidouille. « L’objectif est de permettre à des jeunes de se rencontrer autour du thème du jeu vidéo et de l’accessibilité pour concevoir ensemble des manettes personnalisées », résument Simon Royer et Cécile Royer, de la médiathèque François-Mitterrand.

*Le Service d’éducation spéciale et de soins à domicile intervient auprès de jeunes en situation de handicap pour favoriser leur intégration

« Le jeu vidéo est fédérateur »

« Le jeu vidéo est fédérateur, c’est un bon support pour travailler l’autonomie », abondent Baptiste Lunet et Sylvaine Joubert, ergothérapeutes au SESSAD. « Le projet favorise aussi la mixité entre enfants valides et en situation de handicap. » Anaïs et Paul sont occupés à démonter un joystick, guidés par Antoine Zabern, de l’association Les Petits Débrouillards.

« L’enjeu, c’est avant tout de comprendre et de se mettre en posture de bidouilleur », résume l’animateur, qui virevolte d’un groupe à l’autre. À deux pas, Margot et Brian essaient de fabriquer une manette, avec 3 boutons et un bout de carton. « J’ai découvert plein de trucs sur les manettes et l’électronique », confie le jeune garçon en fauteuil roulant. Comme Margot, motivée par l’idée « de trouver des solutions pour permettre à tout le monde de pouvoir jouer ».

La prochaine étape du projet ?

La réalisation de boîtiers de manettes aux Usines de Ligugé. « Grâce aux outils de découpe laser et de prototypage de notre fab-lab, les jeunes vont pouvoir réaliser des équipements personnalisés », explique Julien Rat.