Recherche libre dans le site
Partager...

« Les Editeuriales » du 3 au 14 mars 2020

Dossier | Culture | 10/02/2020
« Les Editeuriales » du 3 au 14 mars 2020 -
Dossier | Culture | 10/02/2020

« Les Editeuriales » du 3 au 14 mars 2020

Du 3 au 14 mars, les Editeuriales sont le grand rendez-vous annuel des lecteurs à Poitiers. L’édition 2020 a donné carte blanche à la maison d’éditions Stock. Au programme : des rencontres avec une dizaine d’auteurs qui éclairent l’actualité littéraire. Les rencontres ont lieu à la médiathèque François-Mitterrand.

Carte blanche à la maison d’éditions Stock

A travers ces rencontres, les auteurs dialoguent avec leur éditeur. Le PDG Manuel Carcassonne lèvera le voile sur l’histoire et les rouages de la maison Stock. Elle est la plus ancienne maison d’éditions en France, créée en 1708. Au 18e siècle, de grands auteurs tels que Restif de La Bretonne, Voltaire, Rousseau, figuraient à son catalogue.

Stock, aujourd’hui est une filiale du groupe Hachette mais conserve son caractère familial. « Nous sommes une vingtaine de personnes, c’est avant tout une « maison », avec ce qu’elle a d’artisanal, d’ouverture, de singularité », raconte Manuel Carcassonne. L’actuel PDG a quitté Grasset pour succéder à Jean-Marc Roberts, décédé en 2013.

Programme

  • Mardi 3 mars, à 19h : Rencontre avec Luc Lang et Manuel Carcassonne, directeur général des Éditions Stock. Animée par Josyane Savigneau (journaliste littéraire)

La Tentation (Prix Médicis 2019). C’est l’histoire d’un monde qui bascule. Le vieux monde qui s’embrase, le nouveau qui surgit. Toujours la même histoire… et pourtant. François, chirurgien, la cinquantaine, aime chasser. Il aime la traque, et même s’il ne se l’avoue pas, le pouvoir de tuer. Au moment où il va abattre un cerf magnifique, il hésite et le blesse.  Luc Lang a écrit ici son histoire familiale de la violence. Son héros croit encore à la pureté. Cet ample roman nous raconte superbement sa chute et sa rédemption.

  • Mercredi 4 mars, à 14h : Master Class  / Rencontre avec Manuel Carcassonne, directeur général des Éditions Stock

En partenariat avec l’UFR Lettres Langues, Master 1 et 2 Livres et Médiations Université de Poitiers.

  • Mercredi 4 mars, à 18h : Rencontre avec Claire Berest et Manuel Carcassonne, directeur général des Éditions Stock. Animée par Baptiste Liger (Directeur de la rédaction de Lire)

Rien n’est noir (2019). « À force de vouloir m’abriter en toi, j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage. Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter. Mais qui a envie de vivre abrité des orages? Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien.

  • Jeudi 5 mars, à 19h : Rencontre avec Samar Yazbek et Raphaëlle Liebaert, directrice littéraire de La Cosmopolite. Animée par Philippe-Jean Catinchi (journaliste littéraire)

19 femmes (2019). « 19 femmes est le fruit d’une série d’entretiens que j’ai menés avec des Syriennes dans leurs pays d’asile, ainsi qu’à l’intérieur du territoire syrien. À chacune j’ai demandé de me raconter ‘‘leur’’ révolution et ‘‘leur’’ guerre. Avec ce document unique, capital, sur le rôle des femmes dans la révolution, Samar Yazbek rend leur voix aux Syriennes, la voix de la résistance, la voix de l’espoir. Traduit de l’arabe (Syrie) par Emma Aubin-Boltanski et Nibras Chehayed.

  • Vendredi 6 mars, à 18h : Rencontre avec Colombe Schneck et Paloma Grossi (éditrice). Animée par Sean J. Rose (journaliste littéraire)

Les guerres de mon père (2018). « Quand j’évoque mon père devant ses proches, bientôt trente ans après sa mort, ils sourient toujours, un sourire reconnaissant pour sa générosité. Il répétait, il ne faut laisser que des bons souvenirs. Il disait aussi, on ne parle pas des choses qui fâchent. (…) En écrivant, en enquêtant dans les archives, pour comprendre ce que mon père fuyait, je me suis avouée, pour la première fois, que nous n’étions pas coupables de nos errances en tout genre et que, peut-être, je pouvais accepter d’être aimée. »

  • Samedi 7 mars, à 18h : Rencontre avec Léonor de Récondo et Alina Gurdiel (Directrice de la collection Ma nuit au musée). Animée par Sean J. Rose (journaliste littéraire)

La leçon de ténèbres (2020). Le Musée Greco à Tolède n’est certes pas une Église, et Léonor de Recondo, quoique violoniste, n’y va pas pour jouer, dans cette nuit affolante de chaleur, de désir rentré, de beauté fulgurante, mais pour rencontrer, enfin, le peintre qu’elle admire, Dominikos Theotokopoulos, dit le Greco, l’un des artistes les plus originaux du XVIe siècle, le fondateur de l’école Espagnole.

  • Mardi 10 mars, à 19h : Rencontre avec Blandine de Caunes et Bénédicte Avel (attachée de presse). Animée par Karine Papillaud (journaliste littéraire)

La mère morte (2020). Une mère, âgée mais indépendante, se trompe de jour, de lieu de rendez-vous avec ses filles, achète des objets superflus et coûteux, oublie dans le coffre de sa voiture les fruits de mer bretons, et se lève la nuit, croyant partir pour une destination inconnue. Cela pourrait être drôle, si ce n’était une maladie mentale due à l’âge, et surtout si cette femme si confuse n’était pas la romancière Benoîte Groult, la mère de l’auteure de ce livre d’une force rare.

  • Mercredi 11 mars, à 18h : Rencontre avec Romane Lafore et Caroline Laurent (éditrice). Animée par Sean J. Rose (journaliste littéraire)

Belle infidèle (2019). Julien Sauvage est traducteur. Abonné aux guides de voyage et aux livres de cuisine, il rêve en vain d’écrire son propre roman : le récit sublimé d’un chagrin d’amour. En se glissant parfaitement dans la peau d’un homme, Romane Lafore signe un premier roman aussi virtuose que jubilatoire, véritable hommage à la fiction.

  • Jeudi 12 mars, à 19h : Rencontre avec Laurence Tardieu et Charlotte Brossier (éditrice). Animée par Marie Michaud (journaliste littéraire et libraire)

Nous aurons été vivants (2019). Est-ce Lorette, partie il y a sept ans sans laisser la moindre trace ni mot d’explication, qui se tient, en ce matin d’avril 2017, de l’autre côté du boulevard ? Hannah, sa mère, croit un instant l’apercevoir. Peut-être a-t-elle rêvé. (…) Ce même jour, plusieurs destins, chacun lié à Hannah, voient leur existence basculer.
Une journée particulière, donc, mais aussi trente ans de la vie intime d’Hannah Bauer, femme, artiste, mère, prise dans les soubresauts de son histoire familiale et de celle de l’Europe, Nous aurons été vivants est un hymne à la vie. Laurence Tardieu rencontrera les élèves du Lycée du Bois d’Amour.

  • Vendredi 13 mars, à 12h30 : Concert - La folle journée !

Concert proposé en clin d’œil au livre d’Erik Orsenna, Beaumarchais, un aventurier de la liberté publié chez Stock. Extraits des Noces de Figaro de Wolfgang Amadeus Mozart, par la classe de chant du Conservatoire de Grand Poitiers
Susanna et Figaro parviendront-ils à se marier ? Le Comte Almaviva veut en effet séduire l'espiègle camériste de sa femme. Furieux, Figaro jure de ne pas s'avouer vaincu. Après de nombreux rebondissements, nos protagonistes réussiront à atteindre leur but car « cette journée de tourments, de caprices et de folie, seul l'amour pouvait la faire finir dans la joie et l'allégresse ! »

  • Vendredi 13 mars, à 18h : Rencontre avec Eric Faye. Animée par Hubert Artus, journaliste littéraire

Dans les pas d'Alexandra David Néel (2018). « En 1924, déguisée en mendiante tibétaine, Alexandra David-Néel franchit en quatre mois mille huit cents kilomètres de forêts, fleuves, vallées profondes et hauts sommets entre Yunnan et Tibet pour arriver clandestinement à Lhassa, alors interdite aux étrangers. À presque un siècle de distance, nous avons voyagé sur ses traces. (…) Ce sont ces réalités multiples, qui semblent incompatibles parfois mais qui coexistent pourtant, que nous avons tenté de circonscrire entre le récit de notre voyage et l’évocation de la figure d’Alexandra David-Néel. »

  • Samedi 14 mars, à 18h : Rencontre avec Emmanuelle Lambert et Charlotte Brossier (éditrice). Animée par Marianne Payot, rédactrice en chef adjointe à l’Express

Giono, furioso (Prix Femina Essai 2019). Icône littéraire, auteur d’une oeuvre abondante,  Giono semble être l’écrivain patrimonial par excellence, voué à être étudié, admiré, célébré. Derrière l’image d’Épinal de l’écrivain provençal se cache pourtant un poète nerveux et tourmenté (…) À la frontière de l’essai et de la biographie, Emmanuelle Lambert construit le portrait intime d’un auteur aussi rayonnant qu’obscur, une méditation incarnée sur la puissance du geste créateur.

Mais aussi… du 25 février au 21 mars : une exposition sur la Maison Stock

Découvrez 300 ans d’histoire de la maison d’édition Stock, des premiers fonds de librairies du XVIIIe siècle, où se côtoient Voltaire, Rousseau et Beaumarchais, jusqu’au rachat par le groupe Hachette en 1961. Développée par Pierre-Victor Stock en 1877 puis rachetée par Delamain et Boutelleau au début du 20e siècle, la maison Stock compte parmi ses auteurs Guillaume Apollinaire, Jean Cocteau, Gandhi, Pearl Buck, Stefan Zweig ou encore Virginia Woolf.
Médiathèque François-Mitterrand, salle d’exposition.

Informations pratiques et partenaires

Toutes les rencontres ont lieu à la Médiathèque François-Mitterrand, Forum. Exception : Master Class de Manuel Carcassonne, mercredi 4 mars à 14h en salle Jean-Richard-Bloch. Une vente de livres est assurée par la librairie Gibert Joseph de Poitiers.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.