Recherche libre dans le site
Partager...
Actualité | Vie de la Communauté urbaine | 03/11/2020

Enquête pour le Projet alimentaire territorial : les premières tendances

Enquête pour le Projet alimentaire territorial : les premières tendances -
Actualité | Vie de la Communauté urbaine | 03/11/2020

Enquête pour le Projet alimentaire territorial : les premières tendances

Grand Poitiers et les communautés de communes du Haut-Poitou et des Vallées du Clain ont lancé une grande enquête auprès des habitants du territoire. Objectif ? Mieux connaître leurs habitudes alimentaires pour construire le futur projet alimentaire territorial. Premières tendances à l’issue de l’enquête débutée en octobre 2020.

L’enquête réalisée durant le mois d’octobre 2020 vise plusieurs objectifs :

  • comprendre les habitudes de consommation actuelles des habitants,

  • identifier les attentes des consommateurs du territoire

  • informer les habitants de la démarche du Projet Alimentaire Territorial (PAT)

2 366 réponses à l’enquête (au 2 novembre 2020)

Les 83 communes de Grand Poitiers et les communautés de communes du Haut-Poitou et des Vallées du Clain sont représentées dans l’enquête

  • 43% des répondants habitent dans la ville de Poitiers

  • Près de 80% des répondants habitent dans la Communauté Urbaine du Grand Poitiers.

La répartition géographique des répondants correspond à la répartition de la population entre les trois collectivités.

Analyse des premiers résultats en chiffres

  • Les 3 principaux critères pour l’achat de produits alimentaires sont : 

    • le goût (95% des répondants),

    • la proximité géographique (75%)

    • la composition des produits (71%) 

  • Les Grandes et Moyennes Surfaces (GMS) restent les lieux privilégiés pour les achats de produits alimentaires (la moitié des répondants déclare s’y rendre au moins une fois par semaine), suivis de près par les artisans et commerçants locaux et les marchés.

  • 76% des déplacements liés à l’achat de produits alimentaires se font en voiture.

  • Pour 1 répondant sur 2, un produit « local » est produit « dans le département ».

  • 94% des répondants déclarent acheter des produits locaux  dont 70% le font « fréquemment » 

  • 44% des répondants se disent prêts à changer leurs habitudes alimentaires pour aller vers plus de local.

  • Les principales motivations de l’achat de produits locaux sont :
    • le soutien aux agriculteurs locaux (86% des répondants)

    • le respect des saisons et de l’environnement (78%) 

  • Pour consommer davantage de produits locaux, les répondants plébiscitent :

    • des rayons spécialisés en Grandes et Moyennes Surfaces (38%)

    • dans les commerces de proximité (34%) 

  • 95% des répondants déclarent trier les emballages,

  • 61% disent pratiquer le compostage,

  • 1 répondant sur 2 déclare privilégier le vrac et limiter les emballages (solution la plus plébiscitée pour l’avenir).

Les grandes étapes du projet alimentaire territorial

  • 2 novembre 2020 / forum sur le thème : « Quels futurs souhaitables pour notre alimentation ? 

Ce forum a réuni en visio (en raison des consignes sanitaires) les élus communaux et intercommunaux de Grand Poitiers et des Communautés de communes du Haut-Poitou et des Vallées du Clain. A cette occasion, le diagnostic de l’agriculture et de l’alimentation de ces territoires ont été présentés ainsi que les résultats de l’enquête sur les habitudes de consommation alimentaire des habitants. Ce forum a également servi de temps de réflexion et de travail au cours duquel les élus ont détaillé « les futurs souhaitables » qu’ils imaginent pour répondre aux différents défis d’une alimentation locale, durable et de qualité, accessible à tous.

  • Décembre 2020 

Un deuxième forum sur le thème : « Quels futurs possibles pour notre alimentation? » sera organisé

  • Janvier-février-mars 2021 :

Il est prévu des ateliers de co-construction du programme d’actions du Projet Alimentaire Territorial (PAT) en faveur d’une alimentation locale, durable et de qualité, accessible à tous. Ce programme d’actions pourra englober différents types d’actions et de porteurs de projets, publics et privés, dans les différents domaines qui touchent à l’alimentation